Le gaspillage alimentaire à lui seul surpasse les besoins de nourriture dans le monde

Gaspillage alimentaire

L’Organisation Mondiale des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture estime qu’il se gaspille annuellement 1,3 milliard de tonnes de nourriture dans le monde ! Une fraction de cette quantité suffirait pour nourrir les 870 millions d’affamés que compte la planète…

Le gaspillage des consommateurs est colossal. Seulement dans les pays développés, la récupération des aliments perdus suffirait à nourrir les populations qui ont faim dans le monde. Dans les régions industrialisées, près de la moitié des aliments gaspillés, soit environ 300 millions de tonnes par an, est le fait de producteurs, détaillants et de consommateurs qui jettent la nourriture alors qu’elle est encore bonne, propre à la consommation.

La FAO invite les consommateurs, l’industrie agro-alimentaire et les gouvernements à prendre des mesures adéquates pour réduire cette perte inutile et éhontée :

  • Mettre en place de meilleures méthodes de récolte, de transformation, de stockage, de transport et de commercialisation
  • Promouvoir un changement durable des habitudes alimentaires
  • Éduquer les populations aux bonnes pratiques de conservation et d’entreposage tant dans les pays industrialisés que dans les pays en développement

Des pertes colossales

Le volume des aliments gaspillés par habitant varie entre 95 et 115 kg par an en Europe, en Amérique du Nord et en Océanie, à 10-11 kg par an en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud et du Sud-Est. Dans ces dernières régions, les pertes alimentaires sont provoquées surtout durant le parcours de l’approvisionnement parce que les infrastructures de transport et de stockage sont déficientes ou en raison de techniques de récolte qui sont inadéquates.

Dans les pays riches, le gaspillage est surtout causé par des pratiques inefficaces des normes de qualité qui mettent exagérément l’accent sur l’aspect esthétique (aliment « parfait » de forme, de taille, de couleur…) En Angleterre, 30 % des fruits et légumes cultivés ne sont pas cueillis à cause d’une apparence « imparfaite » !

Des erreurs sur les étiquettes de péremption et des comportements non éthiques de consommateurs prompts à jeter la nourriture comestible à la suite d’achats non justifiés sont aussi responsables du gaspillage alimentaire. De plus, les ventes promotionnelles pratiquées par les chaînes de distribution alimentaire encouragent les consommateurs à acheter en excès (des quantités plus importantes que les besoins réels).

Source : La Terre de Chez Nous, 30 Janvier 2013

Plus à propos de :
Dr Jean-Claude Rodet
rodetjc@gmail.com

De l’agronomie à la médecine, via l’écologie et la spiritualité, le Dr Jean-Claude Rodet est titulaire de doctorats en agronomie, environnement, homéopathie et médecine naturelle (humaine et vétérinaire). Sa démarche scientifique est devenue holistique et humaniste. Il partage sa vision de la santé par ses conférences et ses écrits au service de la planète.

1 commentaire
  • sylvie caron
    Publié à 20:51h, 10 décembre Répondre

    Je suis entièrement d’accord avec M. Rodet et je pense qu’il est très urgent de faire chacun notre part pour que cela cesse.

Écrire un commentaire