Le miel : un antibactérien bien salutaire

Le miel : un antibactérien
Élixir de choix de nos ancêtres, tant pour la cuisine que la santé, le miel est prêt à se retailler une place dans notre pharmacopée. Car il faisait partie de la pharmacopée des Égyptiens il y a des milliers d’années…

Une nouvelle préparation, le Medihoney, originaire d’Australie, guérit en quelques semaines les plaies infectées et récalcitrantes, qu’il s’agisse de brûlures, d’ulcères variqueux, d’incisions chirurgicales ou de lésions consécutives à un diabète. Il vient même d’être homologué par l’Union européenne.

Comme exemple d’action, on relate le cas d’un enfant opéré d’un cancer et dont la plaie, tardant à guérir, s’était infectée avec la fameuse bactérie Staphylococcus aureus résistante à la méticilline (SARM) et à tout autre antibiotique. Avec le produit à base de miel, la plaie a guéri en l’espace de 48 heures, permettant la sortie d’hôpital de l’enfant. Son médecin, le Dr Arne Simon, en Allemagne, a décidé de pousser plus loin et initia une vaste étude multicentrique dans le monde.

Le mode d’action de ce miel bien particulier

Ce n’est pas le miel que nous consommons. Il s’agit d’un miel issu du nectar de deux espèces de Leptospermum (manuka et jellybush) d’Australie et Nouvelle-Zélande et pouvant être plus de 100 fois plus actif contre les micro-organismes que les autres miels, probablement en raison de leur contenu particulièrement élevé en composés phytochimiques. Il a aussi été stérilisé par irradiation aux rayons gamma contre des spores bactériennes pouvant se retrouver dans certains miels. Comme de quoi rien n’est parfait.

Comment s’exerce l’action du miel ?

1. Très fortement concentré en sucre, le miel attire par osmose les liquides de la plaie et ceux des bactéries qui sont ainsi neutralisées parce qu’elles se vident de leur contenu.

2. Le liquide attiré par osmose crée une interface humide entre la plaie et le pansement et en facilite le remplacement. La manœuvre devient ainsi moins douloureuse et n’endommage pas les couches de peau nouvellement formées, contrairement aux pansements classiques.

3. Parce que non pasteurisé, ce miel contient de la glucose oxydase active, une enzyme qui synthétise un peu de peroxyde d’hydrogène, mais en quantité suffisante pour détruire les germes indésirables sans détruire les cellules de la peau, contrairement aux antiseptiques courants.

4. Les composés phytochimiques, en forte concentration dans ce miel, participent aussi à son action bactéricide.

Cette préparation est efficace pour combattre à la fois le SARM, les entérocoques résistant à la vancomycine, ainsi que les bactéries Pseudomonas spp., contre lesquelles les antibiotiques sont inopérants.

D’autres effets intéressants du miel

Cette préparation, non seulement diminue l’œdème et l’inflammation de la plaie, elle déloge et repousse les tissus morts. En plus, elle agit comme désodorisant en chassant l’odeur fortement désagréable de certaines plaies infectées qui obligent souvent le patient à rester confiné chez lui. Enfin, son coût est abordable. Cette préparation est disponible depuis un bout de temps en Europe (un peu partout en France, Grande-Bretagne, Allemagne…), en Australie, etc., maintenant aussi au Canada.

La nature offre une grande panoplie d’approches contre les quelques bactéries nuisibles existantes (parce que la grande majorité des bactéries nous sont amies) et les virus. Mentionnons les huiles essentielles. Extraites de plantes, elles y sont justement une arme de choix contre l’envahissement de la plante par les bactéries et les virus. Entre autres, les bactéries résistantes aux antibiotiques ne peuvent résister aux préparations à base d’huiles essentielles…

À propos de l'auteur

Dr Carol Vachon

Président de l'AMSB de 1996 à 2000 et auteur du livre Pour l'amour du bon lait, le Dr Carol Vachon est consultant en nutrition.

Site Web

Un commentaire

  1. Mon père a fait de la chimiothérapie et à un moment donné, ses ongles d’orteils sont carrément « tombés » de ses orteils et ses talons se sont gravement fendus, ce qui le faisait souffrir atrocement. Je lui ai recommandé de badigeonner ses pieds et orteils de miel et de recouvrir avec un bas de coton. Quelques jours plus tard, les talons avaient presqu’entièrement guéris et ses ongles ne le faisaient plus souffrir. Le miel avait calmé la douleur. Une nouvelle peau rose et saine avait repoussé. Vive le miel!

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*