Les fruits vedettes de l’été

Les fruits vedettes de l’été

Le mot fruit vient, semble-t-il, du latin « fructus » qui veut dire plaisir. Les fruits, par leur nature même, sont riches en eau, en sucre, en vitamines et en acides organiques.

Dans l’optique d’une saine alimentation, il est recommandé qu’un adulte consomme 6 à 12 portions de fruits en été et 4 à 5 en saison froide. Il paraît judicieux de remplacer les fruits par des légumes lorsque le climat est très froid ou humide. C’est une règle incontournable de la nutrithérapie intelligente de s’adapter aux saisons, aux climats, comme il faut modifier les proportions de fruits et de légumes en fonction de l’activité physique ou professionnelle, l’âge, le sexe, le type métabolique des personnes, etc…

Parmi les fruits de l’été disponibles au Québec, nous avons le choix d’une belle diversité de couleurs et de saveurs alléchantes.

Bleuet (Vaccinium angustifolium)

Le fruit aux mille vertus aux propriétés anti-oxydantes est reconnu pour la santé cardio-vasculaire. Astringent et antiseptique, c’est un désinfectant intestinal puissant. Les antocyanines contenus dans les baies permettent de traiter les infections des voies urinaires et rénales. La néo-myrtilline qu’il contient agit comme l’insuline et fait baisser la glycémie chez les diabétiques. Le bleuet a la réputation d’améliorer l’acuité visuelle et de prévenir la fatigue oculaire. Il arrive en tête de liste des antioxydants efficaces contre le vieillissement.

À consommer lorsqu’il est à maturité complète. Peut être transformé en jus, servir à agrémenter des sorbets estivaux, des smoothies, des crèmes glacées.

Canneberge (Vaccinium macrocarpum)

Ces petites « cerises » acidulées qui croissent dans les tourbières sont nommées également « atokas » (mot d’origine amérindienne) et sont devenues populaires depuis les études médicales nord-américaines qui ont démontré leurs vertus : contre les infections des voies urinaires, pour réduire les tumeurs cancéreuses, pour prévenir les processus de sénilité, réduire la faune bactérienne dans l’urine, empêcher la multiplication de la bactérie E-coli et son adhésion aux parois des voies urinaires, et même prévenir les ulcères gastriques et duodénaux (hélicobacter pylori).

Se consomme plus souvent dans les gâteaux, tartes, crêpes, sorbets gelées, confiture plutôt que nature en raison de sa saveur aigrelette.

Cantaloup (Cucumis melo var. cantalupensis)

Selon l’enseignement soufi, le melon est le fruit du paradis qui contient 1000 bénédictions et 1000 miséricordes. À consommer à pleine maturité et seul (non mélangé à d’autres aliments) afin d’éviter les ballonnements et les perturbations de la digestion.

Le melon contient du brome et du Super Oxyde Dismutase (S.O.D.) lequel joue un rôle d’antioxydant. Il peut aider à rétablir l’équilibre acido-basique.

Cerises de terre (Physalis pubescens)

Appelé aussi alkékenge, ce petit arbuste est cultivé soit à des fins ornementales soit à des fins comestibles. Réputé pour sa richesse en Fer, en vitamines C et A, ce fruit est considéré comme dépuratif du foie, laxatif, diurétique. Les anciens le recommandait comme fruit anti-rhumatismal et antigoutteux et contre les calculs d’oxalates des voies urinaires.

Ce fruit se consomme frais en saison de récolte ou dans les salades de fruits et salades composées.

Fraise (Fragaria vesca)

Les fraises constituent une excellente source de vitamine C, de Silice, de Potassium et de Magnésium. Madame Tallien (marquise de Fontenay) utilisait les fraises pour conserver le velouté et l’éclat de sa peau. Les fraises contiennent un dérivé salicylique (éther métylsalicylique) qui explique les vertus curatives du fruit contre les rhumatismes et la goutte. Elles sont considérées comme hypotensives, diurétiques, laxatives, dépuratives et certains nutrithérapeutes les suggèrent en monodiètes pour balayer les toxines produites par les régimes hypercarnés, l’alcool ou les abus de mets sucrés.

Framboise (Rubus idaeus)

Ce fruit qui présente des baies poilues possède des vertus de tonique cardiaque, des propriétés rafraîchissantes, sudorifiques et dépuratives. Comme les autres petites baies sauvages, la framboise contient une grande concentration d’anti-oxydants (flavonoïdes, caroténoïdes, vitamine C) et un bon taux de Magnésium et de Potassium. Je la suggère pour tous les états d’asthénie (physique ou intellectuelle). À consommer en cas de présence d’urée, d’acide urique, de rhumatismes, de goutte (en monodiète de courte durée, à répéter plusieurs fois).

À éviter en cas de diverticulose : les grains sont irritants pour la muqueuse intestinale fragile.

Melon d’eau (Cucumis melo)

Sa richesse en eau recommande de le consommer seul (idéalement en monodiète : 1-2-3 -… repas durant 2-3 jours). Consommé ainsi, c’est l’ami des hépatiques. Ses fibres composées surtout d’hémicelluloses et de pectines sont particulièrement efficaces pour accélérer le transit intestinal. À consommer sans aucun sucre ajouté.

Contre-indiqué évidemment aux entéritiques, en cas de froid, de diarrhée, d’aérophagie. Ne pas consommer glacé.

Dr Jean-Claude Rodet
rodetjc@gmail.com

De l’agronomie à la médecine, via l’écologie et la spiritualité, le Dr Jean-Claude Rodet est titulaire de doctorats en agronomie, environnement, homéopathie et médecine naturelle (humaine et vétérinaire). Sa démarche scientifique est devenue holistique et humaniste. Il partage sa vision de la santé par ses conférences et ses écrits au service de la planète.

Pas de commentaires...

Écrire un commentaire