À propos du processus d’autorisation des plantes OGM…

Processus d’autorisation des plantes OGM

La Filière biologique du Québec demande au gouvernement fédéral de modifier le processus d’autorisation des plantes génétiquement modifiées (GM) pour éviter des répercussions négatives sur l’offre d’aliments biologiques au Canada.

La Filière appuie sa demande sur les résultats d’une étude menée par la firme ÉcoRessources Consultants, qui fait état de graves lacunes dans ce processus.

La Filière estime que le développement des plantes GM ne doit en aucun cas compromettre l’intégrité des cultures biologiques. L’étude Enjeux et approches concernant l’atténuation des risques liés à la présence d’adventices de produits génétiquement modifiés dans les cultures biologiques au Canada recommande de modifier le processus en intégrant une évaluation des impacts économiques de la pollinisation croisée ainsi que l’établissement des responsabilités des développeurs et utilisateurs d’OGM dans la contamination génétique. Pour M. Martin Le Moine, président de la Filière, « ces modifications au processus d’autorisation de nouvelles plantes GM sont essentielles et devraient être mises en application rapidement pour garantir aux consommateurs une liberté de choix pour des produits sans OGM, comme les produits biologiques ».

Le processus actuel d’autorisation menace les fondements mêmes du mode de production biologique et pourrait affecter l’intégrité de plusieurs produits biologiques.

Par exemple, l’effet de l’autorisation de la commercialisation des semences de luzerne GM serait dévastateur, car une telle situation entraînerait la contamination sur de vastes distances des cultures biologiques voisines. À court terme, les produits dérivés des animaux qui consommeraient la luzerne GM perdraient également leur intégrité biologique et leur plus-value sur les marchés.

« Avec une croissance supérieure à 10 % par année, depuis plus de 10 ans, le secteur biologique doit demeurer une priorité pour les décideurs. La Filière entend donc mobiliser ses principaux partenaires sur ce dossier majeur pour le secteur biologique et faire des représentations auprès des instances gouvernementales afin de protéger le mode de production biologique des contaminations géniques », a ajouté M. Le Moine.

La Filière biologique du Québec concerte les efforts de développement de l’ensemble du secteur biologique québécois. Elle représente dans ce dossier les 1400 producteurs et transformateurs, ainsi que les détaillants désireux de rendre accessibles les quelque 4000 produits biologiques québécois auprès des consommateurs d’ici et d’ailleurs.

Pour plus de renseignements, vous pouvez obtenir l’étude sur les risques des cultures génétiquement modifiées sur les cultures biologiques, réalisée pour le compte de la Table ronde fédérale sur la chaîne de valeur des produits biologiques et celui d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, en faisant une requête spéciale auprès du secrétariat de la Table ronde fédérale à l’adresse suivante : RoundTable-TableRonde@agr.gc.ca.

Source :
Alain Rioux
Directeur général
alainrioux@filierebio.qc.ca
418 838-4747, poste 2
Information :
Vanessa Roland
TACT Intelligence-conseil
vroland@tactconseil.ca
514-966-8963
Avatar
Alain Rioux
info@filierebio.qc.ca

Alain Rioux est le directeur général de la Filière biologique du Québec dont la mission est de promouvoir auprès des consommateurs, plus de 4 000 aliments biologiques produits et transformés au Québec par près de 1 400 entreprises d'ici.

1 commentaire
  • Avatar
    Lilly
    Publié à 19:30h, 13 septembre Répondre

    Merci!

Écrire un commentaire

FORGOT PASSWORD ?
Lost your password? Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.
We do not share your personal details with anyone.