Alimentation éthique : étiquetage des OGM, bonnes nouvelles pour les cochons et le monde demain

Tomates OGM
Ce mois-ci, on a beaucoup parlé d’OGM et de la principale multinationale derrière leur développement, Monsanto.

Étiquetage OGM et condamnation de Monsanto

Au Québec, une pétition de près de 15 000 noms a été déposée à l’Assemblée nationale pour demander au gouvernement de rendre obligatoire l’étiquetage des aliments contenant des OGM. Il faut savoir qu’une cinquantaine de pays exigent maintenant l’étiquetage des aliments contenant des organismes génétiquement modifiés, mais pas le Canada et les États-Unis.

Pendant ce temps, en Europe, on voit apparaître une certification encore plus sévère, l’étiquetage sans OGM qui sera visible sur les tablettes à compter du 1er juillet 2012. Et pendant qu’on parle d’OGM, je suis tombée sur cette super infographie qui montre quels pays produisent quoi.

Mais Monsanto, ce n’est pas que des OGM. C’est aussi 50 ans de scandales sanitaires de l’agent orange au Roundup, en passant par le Lasso qui est revenu récemment dans l’actualité. En effet, après des années de procédures judiciaires, Monsanto a finalement été reconnue responsable de l’intoxication du céréalier Paul François. En 2004, l’homme avait reçu au visage des vapeurs de Lasso, un désherbant produit par la multinationale. Il avait été rapidement pris de nausées puis de troubles (bégaiement, vertiges, maux de tête, troubles musculaires…) l’obligeant à interrompre son activité pendant près d’un an. Aujourd’hui, il ne travaille plus qu’à mi-temps, en proie à des fatigues chroniques et à des maux de tête tenaces. Paul François est une des « vedettes » du film Notre poison quotidien de Marie-Monique Robin.

Bonnes nouvelles pour les cochons

Si les poules pondeuses européennes pouvaient célébrer le mois dernier, en février, ça a été au tour des cochons américains d’avoir de bonnes nouvelles. McDonald’s s’est entendue avec la Humane Society des États-Unis pour mettre fin à l’utilisation des cages de gestation chez ses fournisseurs de porc. Les cages de gestation sont de minuscules enclos de soixante centimètres de large et d’un mètre de long (à peine plus grandes qu’une truie) dans lesquelles on entasse les truies pendant toute leur gestation, soit pratiquement toute leur vie. Leur usage est considéré par plusieurs comme une pratique extrêmement cruelle. Depuis une dizaine d’années, sept états américains et deux importants producteurs ont interdit l’usage des cages de gestation et ce sera le cas partout en Europe l’an prochain. La Semaine verte les décrit très bien ici.

La décision de McDo est un grand pas dans la bonne direction, mais il reste encore beaucoup à faire comme le montre ce vidéo de la Humane Society sur les conditions d’élevage des cochons (le vidéo est américain, mais les conditions sont similaires ici). Pendant ce temps, un étudiant allemand tente de donner un visage aux cochons qui finiront dans nos assiettes.

Que sera le monde demain ?

Le climat se réchauffe, on le sait. Mais le voir a quelque chose de bouleversant et c’est ce que montre cette étonnante infographie de la NASA qui illustre l’évolution de la température depuis 100 ans.

Quand on pense nourriture et réchauffement climatique, on a tendance à penser à la viande. Mais cet article nous montre que nos petites crevettes ont une grosse empreinte de carbone.

Selon l’ONU, nous devrons presque doubler notre production alimentaire pour nourrir 9 milliards d’humains en 2050. Une tache qui semble difficile : un milliard de personnes souffrent déjà de faim chronique, il reste peu de terres vierges à exploiter, les océans sont déjà presque vides, la planète fait face à une pénurie croissante d’eau et le changement climatique rendra l’agriculture plus difficile. Mais utiliser nos ressources différemment reste possible : peut-être que les algues, les insectes et la viande artificielle sont ce qui garnira nos assiettes dans quelques années…

Pourquoi lui, mais pas eux ?

Une question qui me semble fondamentale : pourquoi donne-t-on à certaines causes, mais pas à d’autres ? L’être humain peut être à la fois extraordinairement empathique à et monstrueusement indifférent. Pourquoi ? J’aime beaucoup Paul Slovic, professeur de psychologie à l’Université de l’Oregon, qui passé des années à analyser ces questions. L’Actualité nous offre une de ses rares entrevues en français. À lire !

La fin du monde est proche

En Angleterre, une jeune fille n’a rien mange d’autre depuis l’âge de deux ans que des croquettes de poulet. Et aux États-Unis, un homme meurt au resto « heart attack » après avoir ingurgité un burger de 6000 calories. Le propriétaire du resto se défend, invoquant les libertés fondamentales…

À propos de l'auteur

Élise Desaulniers

Élise Desaulniers s’intéresse aux questions éthiques liées à l’alimentation et est l’auteur des livres Vache à lait et Je mange avec ma tête ainsi que du blog Penser avant d’ouvrir la bouche.

Site Web

Un commentaire

  1. Malheureusement, je ne vois pas en quoi les cochons vont être contents que McDonald’s mette fin à l’utilisation des cages de gestation. La souffrance et l’exploitation vont continuer. On devrait penser à vider les cages au lieu de tenter « d’améliorer » l’exploitation. Il est indécent d’écrire que « c’est un grand pas dans la bonne direction ». Cela ne fait que donner une certaine bonne conscience aux mangeurs de chair animale, cela n’a rien à voir avec une vrai volonté de libérer les cochons. Vidons les cages, brisons les chaînes et n’encourageons surtout pas McDonald’s dans sa vision de tueries et de cruautés.