Dumplings de courge Hubbard

Dumplings de courge Hubbard

Dans La Presse du samedi 29 octobre dernier, Ève Dumas publiait l’article « Petit guide des légumes laids », où elle faisait l’éloge de nombreux légumes si peu attrayants pour l’oeil, mais ô combien délicieux et bénéfiques pour la santé. Cela m’a inspirée pour ma prochaine recette !

La courge Hubbard… c’est la beauté intérieure qui compte, non ?

Pendant plusieurs semaines, ma cuisine a arboré comme « bibelot » une courge Hubbard, la risée de certaines de mes amies qui la qualifiaient d’horrible, d’affreuse ! Leurs yeux en disaient long : « Ça se mange, ça ? » Oui ! Elle est même absolument délicieuse.

Dumplings de courge Hubbard

Cette courge possède une peau nervurée, bosselée et, pour couronner le tout, la mienne était de couleur gris bleuté (la couleur varie d’une courge Hubbard à l’autre). Pas très appétissante à première vue, j’en conviens. Mais, comme dit le proverbe, « il ne faut pas se fier aux apparences ».

Très facile à peler, cette courge dévoile une chaire délicate d’une couleur orangée qui ferait pâlir d’envie un Crayola ! Elle peut être conservée de deux à quatre mois à l’abri du froid, de la chaleur et de la lumière. L’idéal : trouver un endroit sec et bien aéré, entre 10 et 15 ºC.

Pour l’apprêter, j’ai pris la moitié de la courge pour la manger crue et en faire une succulente salade. J’ai ensuite cuit l’autre moitié à la vapeur pour en faire de la purée. J’ai congelé une partie pour la préparation de futurs muffins et j’ai gardé l’autre portion pour farcir mes dumplings saisonniers.

Voici donc deux choix de garnitures pour les dumplings…

Purée de courge Hubbard à la sauge

Ingrédients :

  • 1 tasse de purée de courge
  • 2 c. à table de graines de lin moulues
  • ½ c. à thé de fleur d’ail ou gousses d’ail hachées
  • ½ c. à thé d’herbes salées du Bas-du-Fleuve
  • 4 ou 5 feuilles de sauge fraîches hachées ou 1 c. à thé de sauge séchée
  • ¼ c. à thé de moutarde de Dijon
  • ¼ tasse de noix de Grenoble hachées

Méthode :

Bien mélanger tous les ingrédients.

Purée de courge Hubbard aux canneberges et gingembre confit

Ingrédients :

  • 1 tasse de purée de courge
  • 2 c. à table de graines de lin moulues
  • 3 c. à table de canneberges séchées et hachées
  • 1 c. à table de gingembre confit haché
  • 2 c. à table de sirop d’agave
  • ¼ c. à thé d’essence de vanille
  • ¼ c. à thé de cannelle moulue
  • Pincée de gingembre moulu et de noix de muscade râpée ou moulue
  • 2 c. à table d’amandes hachées

Méthode :

Bien mélanger tous les ingrédients.

Et les dumplings dans tout ça ?

Qu’on l’appelle dumpling (Chine), gyoza (Japon), momo (Tibet), pierogi (Pologne) ou ravioli (Italie), le principe de farcir une pâte faite de farine et d’eau d’une quelconque garniture est présent partout dans le monde et varie selon les traditions et les ingrédients locaux.

En ce qui concerne la pâte, on peut l’acheter déjà préparée dans tous les magasins asiatiques du coin. Certaines sont de meilleure qualité, alors il faut bien regarder les ingrédients pour éviter celles qui comportent des œufs ou du colorant artificiel.

Pour les passionnés du « home made », il est possible de faire la pâte soi-même. Je ne qualifierais pas cette aventure de facile, mais de surprenante et d’enrichissante ! Et surtout, ne soyez pas pressés : le processus peut prendre quelques heures.

Pâte de dumplings maison à l’épeautre

Ingrédients :

  • 2 tasses de farine d’épeautre
  • Pincée de sel
  • 1 tasse d’eau bouillante

Méthode :

1. Mettre la farine dans le robot culinaire avec une pincée de sel. Faire fonctionner le robot au minimum et ajouter l’eau bouillante en même temps. Lorsque qu’une boule de pâte est formée, arrêter le moteur.

2. Fariner le comptoir et pétrissez la pâte 30 secondes à la main. Si la pâte est trop collante, ajouter de la farine et si elle est trop sèche, ajouter de l’eau.

3. Laisser reposer sur le comptoir entre 15 minutes et 2 heures, avec un linge humide sur le dessus.

4. Lorsqu’il est temps de fabriquer les dumplings, faire de petites boules bien farinées et les aplatir à l’aide d’un rouleau à pâte pour en arriver à de petits cercles bien plats. Attention : ne pas faire la pâte trop mince, sinon la garniture s’échappera et ne pas la laisser trop épaisse, sinon les dumplings ne goûteront que la pâte et celle-ci raffermira s’il y en a trop. Si vous éprouvez de la difficulté à faire vos cercles de pâte, utilisez un petit bol, un verre ou un emporte-pièce. De cette manière, vos cercles seront tous égaux.

Fabrication des dumplings :

5. Mettre une cuillère à table de préparation au centre de la pâte et refermer en petit chausson en appuyant fermement et scellant avec un peu d’eau du bout des doigts.

6. Déposer les dumplings sur une plaque et mettre au congélateur pour ne pas qu’ils s’agglutinent.

7. Quand ils sont semi-congelés, vous pouvez les mettre dans un grand sac allant au congélateur et les congeler pour un futur repas.

Cuisson des dumplings :

8. Mettre un peu d’huile dans le fond d’un poêlon.

9. Lorsque l’huile est bien chaude, déposer rapidement les dumplings (sans les décongeler) et laisser dorer quelques minutes.

10. Ajouter de l’eau dans le fond de la poêle (juste au quart, on ne veut pas les noyer !)

11. Recouvrir et attendre que l’eau soit complètement évaporée.

12. Les dumplings sont prêts quand il n’y a plus d’eau dans le poêlon.

13. Servir avec une sauce tamari pour les salés et du sirop d’érable pour les sucrés.

Et maintenant, qui pourrait se douter qu’à l’intérieur de ces merveilleux et savoureux petits baluchons se cache une horrible courge nommée Hubbard ?

Bon appétit !

Plus à propos de :
,
Dominique Dupuis
dom@larmoireduhaut.com

Dominique Dupuis de L'Armoire du Haut enseigne la saine alimentation et vulgarise la nutrition par le biais de différents ateliers pratiques. Ce sont d'abord et avant tout l’utilisation d’aliments de qualité, peu ou pas transformés et le plus naturel possible qui sont prônés.

1 commentaire
  • LE FUR
    Publié à 19:51h, 24 août Répondre

    Bonjour madame,

    Proprement saisissant. Pour ma première année de culture de hubbard (vrai bio) j’ai la chance d’avoir obtenu trois fruits. Un gros et deux….petits. J’ignorais la façon dont ils auraient été préparés. Maintenant je sais. Je dispose aussi de rouge d’étampes, de musqués de provence et de bleu de hongrie
    Remerciements

    monsieur LE FUR

Écrire un commentaire