La transparence, premier pilier d’une alimentation éthique

La transparence, premier pilier d’une alimentation éthique

Pour faire des choix éclairés, faut savoir dans quelles conditions les aliments que l’on consomme sont venus jusqu’à nous. La transparence est un solide rempart contre les mauvaises pratiques et une condition préalable à des choix sains.

Le problème, c’est que toute l’industrie agro-alimentaire moderne s’est construite derrière des portes closes. Essayez simplement de savoir où et comment a été produit la poitrine de poulet que vous vous apprêtez à manger. Sur l’emballage : une prairie verte et ensoleillée, un fermier vêtu d’une salopette et d’un grand chapeau. Il porte en bandoulière un sac duquel il sort une poignée de grains qu’il lance gracieusement sur le sol. On sait bien que ce n’est pas la réalité. Mais on ne connaît pas la réalité.

D’un côté, les entreprises devraient rendre l’information sur leurs pratiques plus accessible et compréhensible – masquer la vérité, c’est souvent aussi mal que mentir. De l’autre, comme consommateurs, nous avons aussi un devoir d’ouvrir les yeux, de poser des questions et d’exiger plus de transparence.

Mais attention. Tout ce qui brille n’est pas transparent. Ce n’est pas parce qu’un producteur de poulet écrit que « le bien-être des poussins demeure un impératif dans l’élevage de volaille » que les oiseaux vivent dans des conditions optimales.

Est-ce que vous croiriez quelqu’un qui vous dit qu’il n’a que des qualités ? C’est pourtant ce que font plusieurs entreprises lorsqu’elles dévoilent leurs pratiques. À l’inverse, j’ai beaucoup de sympathie pour ceux qui mettent au grand jour leurs imperfections. On a alors un bon indice qu’elles font preuve d’un  minimum de transparence. Voici quelques exemples :

Un bulletin de bonne conduite sociale

La norme Social Accountability 8000 (SA8000), c’est un peu l’ISO des droits des travailleurs. Pour obtenir cette certification, les entreprises doivent réussir un audit sur neuf points : le travail des enfants, le travail forcé, la santé et la sécurité, le droit de s’associer, de se syndiquer, la discrimination, la discipline, les heures de travail, le salaire et le management.

La première entreprise agricole à atteindre la certification SA8000 a été Chiquita, un important producteur de bananes en Amérique Latine. Les évaluateurs ont trouvé quelques secteurs où Chiquita ne rencontrait pas certains critères (par exemple, au niveau des heures de travail et des accidents) et l’entreprise avait mis en place un site Web où on pouvait suivre la progression de ses efforts par plantation sur chacun de ses critères. On a là un bel exemple de responsabilité sociale et de transparence. Même si elles ne sont pas certifiées équitables, on peut être assuré que les bananes Chiquita ont été produites dans de bonnes conditions et que l’entreprise s’efforce de s’améliorer.

Des étiquettes qui parlent

Les grandes chaines d’épicerie du Québec se sont récemment engagées à n’offrir que des produits issus de pêches durables. Reste que la définition de pêche durable est élastique. Toutes continuent de proposer sans les distinguer clairement des poissons de la liste jaune de Seachoice (PDF), c’est-à-dire des produits dont la pêche est préoccupante et qui ne devraient être consommés qu’occasionnellement.

Comment le consommateur consciencieux consultant son application iPhone Seachoice peut-il, distinguer la morue charbonnière californienne sur la liste jaune de la morue charbonnière d’Alaska qui constitue le meilleur choix ? Par l’étiquetage. L’information fournie sur les étiquettes est essentielle pour faciliter la traçabilité des produits. J’aime beaucoup l’initiative de Metro qui indique le nom scientifique du poisson, la provenance du produit, le type de pêche ainsi que la présence d’une certification.

La chaine américaine Whole Foods est allée encore plus loin en participant au 5-Step Animal Welfare Rating system. Dans le cadre de ce programme, des auditeurs indépendants évaluent les pratiques de bien-être animal des fournisseurs sur une échelle de 1 (pas de cages, pas d’entassement) à 5+ (bien-être optimal, les animaux passent toute leur vie sur la même ferme). L’évaluation est ensuite clairement affichée sur chaque emballage.

Des murs de verre dans les abattoirs

Linda McCartney (la femme de Paul) a déjà écrit que si les abattoirs avaient des murs de verre, tout le monde serait végétarien. Ce n’est pas ce que croient des dirigeants de cinq chaines de supermarchés britanniques. Ils exigent de leurs fournisseurs qu’ils filment les abattoirs pour rassurer les consommateurs sur le traitement des animaux. Des caméras en circuit fermé seront installées au cours des prochains mois et les images seront rendues disponibles sur demande aux consommateurs, supermarchés et grossistes par la Food Standard Agency.

Avez-vous d’autres exemples ? Et comme consommateur, que faites-vous pour connaître l’origine de vos aliments ?

Avatar
Élise Desaulniers
elise.desaulniers@gmail.com

Élise Desaulniers s’intéresse aux questions éthiques liées à l’alimentation et est l’auteure des livres Vache à lait, Je mange avec ma tête et Le défi végane 21 jours ainsi que du blog Penser avant d’ouvrir la bouche.

7 commentaires
  • Avatar
    Denise Morin
    Publié à 13:11h, 23 mars Répondre

    On est jamais assez informé sur le sujet de l’alimentation…il faut en parler encore et souvent…c’est pas l’argent qui compte!!!

  • Avatar
    Sheryl-Anne
    Publié à 17:58h, 23 mars Répondre

    Les fermiers de famille, l’agriculture soutenue par la communauté via des organisme comme Équiterre au Québec, peuvent faire beaucoup dans l’alimentation éthique.

    Connaître son fermier de famille, c’est connaitre exactement la provenance de ses fruits et de ses légumes.

  • Avatar
    Lee Bourdon
    Publié à 18:40h, 25 mars Répondre

    Je suis distributeur de produits bio et naturels et je peut vous dire que si le producteur est fier de ce qu’il fait, il ne le cache pas!!! Dans le systeme industrialisé on cache tous en arrière d’une marque (ex. Maple Leaf Foods)

  • Avatar
    Marielle Hénault
    Publié à 21:18h, 10 avril Répondre

    Ce qu’il y a de rassurant, dans cet article, c’est qu’il met l’accent non seulement sur les infractions, mais sur les meilleures pratiques. Quelqu’un d’un peu renseigné sait très bien de quelle façon sont traités les animaux de boucherie et les travailleurs de la chaîne de production alimentaire. Il ne sert pas à grand chose de dire et redire ! Il faut aller plus loin que les récriminations et faire valoir ce qui se doit de l’être. Alors quand l’auteure se donne la peine de nommer des compagnies éthiques, et de les référencer, elle fait ce qu’il y a de mieux : propager l’information positive, faire connaître ceux qui peuvent soutenir l’objectif des consommateurs qui veulent être responsables de leurs choix alimentaires. Chacun peut encourager ceux qui sont reconnus comme producteurs éthiques, et délaisser ceux qui ne veulent pas pratiquer l’humanité. C’est un choix pécuniaire, mais de meilleur goût, dans tous les sens du terme.

  • Avatar
    Lynda Renée
    Publié à 00:44h, 12 avril Répondre

    Je travaille depuis quelques mois pour l’Association Manger Santé et j’apprécie beaucoup en apprendre davantage sur la nutrition et sur les compagnies qui s’efforcent d’avoir un comportement éthique.

  • Avatar
    Feedes
    Publié à 09:16h, 28 avril Répondre

    Je pense comme vous que la transparence alimentaire est nécessaire. Et comme « Lee Bourdon » le précise, les acteurs agro-alimentaires fiers et convaincus de ce qu’ils font n’ont pas de raison de cacher leurs pratiques ! Si ces acteurs engagés font la démarche de la transparence, on peut s’attendre à un cercle vertueux, et à ce que les consommateurs intègre cette transparence en tant que critère d’achat !

    Le consommateur pourrait alors choisir ses produits en toute connaissance de cause suivant les critères qui sont importants pour lui (provenance, labellisation, mode de fabrication…) et ne plus se baser sur les étiquettes affichant des informations partielles, ou sur les marques qui n’apportent aucune garantie !

  • Avatar
    clement
    Publié à 08:03h, 02 décembre Répondre

    Merci pour cet article de qualité riche en infos !

Écrire un commentaire

FORGOT PASSWORD ?
Lost your password? Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.
We do not share your personal details with anyone.