Comment récolter, faire sécher et conserver vos plantes médicinales

Crédit photo et stylisme culinaire : Nathalie Beaudoin

Faire sécher certaines plantes nous permet de concocter des tisanes quelle que soit la saison. Les feuilles et les fleurs séchés sont bien pratiques à avoir sous la main à longueur d’année ; elles permettent d’assaisonner les plats, de nous fournir de précieux minéraux, de nous réchauffer quand il fait froid, etc.! De plus, quel plaisir de savourer une bonne infusion au goût agréablement floral et aromatique!

La cueillette

Les feuilles et les fleurs à faire sécher se cueillent le matin après l’évaporation de la rosée ou en fin d’après-midi. Vous aurez besoin comme équipement de vêtements longs et légers, de gants (seulement pour la cueillette des roses et des orties), d’un chapeau pour vous protéger du soleil, d’un outil pour couper (couteau, ciseaux ou sécateur à main (sans oublier vos mains!) et de paniers, bols ou sacs pour y déposer votre récolte. Il est important de ne pas laver les feuilles et les fleurs pour assurer un séchage optimal.

Exemple de cueillette printanière : sommités fleuries de lierre terrestre, jeunes feuilles d’ortie et de pissenlit et fleurs de tussilage.

Exemple de cueillette estivale : feuilles de mélisse et de verveine citronnée, feuilles et fleurs d’hysope à l’anis (aussi connu sous le nom d’agastache fenouil), fleurs de mauve, de camomille allemande, de calendule (soucis), de violettes, de pensées, de centaurée bleuet, de monarde et de trèfle rouge, pétales de rose, etc.

Le séchage

Le séchage exige une température ambiante d’environ 25º C, un endroit sec, bien aéré et à l’abri du soleil.

Les plantes peuvent sécher à l’air libre ou à l’aide d’un déshydrateur alimentaire. Si votre déshydrateur est réglable, choisissez la plus basse température.

Évitez de faire sécher les plantes et les fleurs au four conventionnel ou au four à micro-ondes : une chaleur trop élevée leur ferait perdre leurs arômes et leurs propriétés.

— Bouquet suspendu :

Selon la saison et le cycle de la plante, regroupez, à l’aide d’une ficelle ou d’un élastique, les plantes médicinales par petits bouquets ou petites bottes de 4 à 8 tiges environ. Suspendez les bouquets avec la tête en bas et si possible, recouvrez-les d’un sac en papier percé au centre (pour éviter la poussière) et placez-les dans un endroit sombre pour qu’ils conservent le plus possible leurs belles couleurs.

Exemples de plantes à suspendre : prêle des champs, hysope, lavande, marjolaine, origan, romarin, sarriette, sauge, thym, achillée millefeuille, verge d’or et verveine hastée.

— Séchoir :

Vous pouvez utiliser un séchoir à claire-voie fait de lattes ou de treillis (il suffit de fixer un rideau de bambou à un cadre en bois), ou un séchoir avec moustiquaire de vinyle ou de fibre de verre (idéal pour les feuilles, les pétales et les fleurs qui noircissent lorsqu’elles sont en bouquets). On pourrait également faire sécher les plantes sur une grande feuille de papier ou un tissu.

Pour ma part, je me suis procuré des « séchoirs » dans un magasin d’équipement hydroponique ; ce sont en fait des compartiments étagés faits de tissu en nylon à accrocher au plafond. Ils ressemblent à des paniers à linge et sont surtout très pratiques et efficaces lorsqu’on vit en appartement ou dans un espace restreint.

La pièce où se trouve votre séchoir doit être bien ventilée et l’air doit être sec, toujours (idéalement) à une température ambiante d’environ 21-25º C. Au besoin, selon votre pièce, un déshumidificateur ou un petit système de chauffage avec un ventilateur peuvent être utilisés.

Le temps de séchage varie selon chaque plante : il va de quelques jours à quelques semaines. Pour vérifier le degré de séchage des fleurs, ouvrez-en une pour vous assurer que l’intérieur est bien sec. Souvent, un petit tour au déshydrateur sera bénéfique pour s’assurer qu’elles ne contiennent plus d’humidité et qu’elles ne développeront pas de moisissures à l’entreposage.

La conservation

Si vous utilisez la technique des bouquets suspendus, une fois les plantes séchées, retirez les sommités fleuries des tiges en travaillant dans un grand sac en papier. De cette façon, la fine poussière y sera confinée, et il sera facile de récupérer les fleurs séchées pour les mettre dans un pot.

Si vous êtes sujet aux réactions allergiques, portez un masque et des lunettes protectrices pour éviter que les poussières de certaines plantes irritent vos muqueuses.

Une fois les feuilles et les fleurs séparés des tiges, déposez-les dans des pots hermétiques (pots en verre, pots Mason, etc.) et bien identifiés. Sur vos étiquettes, vous pouvez écrire les noms français et latin de la plante, la partie récoltée (feuilles, fleurs, sommités fleuries, etc.), le lieu et la date de la récolte. Conservez les pots au frais, loin de l’humidité et à l’abri de la lumière afin que les plantes ne perdent pas leurs propriétés. Un placard sombre, frais et sec fera très bien l’affaire. De cette façon, les feuilles, les fleurs et les pétales bien séchés se conserveront environ 1 an.

Infuser (et boire!) vos plantes

Une infusion se fait généralement en laissant macérer 1 à 2 c. à thé (environ 1 g) de pétales séchés ou jusqu’à 1 c. à soupe (environ 1 à 2 g) de feuilles, de fleurs ou de boutons floraux séchés dans 250 ml (1 tasse) d’eau très chaude (mais non bouillante) pendant 10-15 minutes. On filtre et on consommes dans les 2 jours suivants.

En saison, on peut également préparer les infusions avec des feuilles et des fleurs fraîches en augmentant un peu les quantités de plantes et en faisant une décoction (déposer l’eau et les plantes dans une casserole, amener juste sous le point d’ébullition, laisser frémir environ 10 minutes et laisser infuser 10 minutes).

Bonne cueillette et conservation pour de bonnes infusions!

Des fleurs dans votre assiette

Extrait et ajouts tirés du livre Des fleurs dans votre assiette, écrit par Nathalie Beaudoin et publié aux éditions MultiMondes. Ce guide est un beau bouquet de conseils qui vous aidera à cultiver vos fleurs comestibles afin d’obtenir une récolte saine et sans pesticides. Il permet d’identifier les parties comestibles de plus de 250 fleurs que l’on peut cultiver ou récolter dans nos champs et nos forêts.

Nathalie Beaudoin
Nathalie Beaudoin
nathalieenherbe@gmail.com

Pour retrouver bien-être et vitalité, Nathalie offre des soins comme herboriste-phytothérapeute à Montréal, combinant herboristerie traditionnelle et soins énergétiques. Elle est membre de la Guilde des herboristes du Québec et est naturopathe diplômée par l’Académie des Naturopathes et Naturothérapeutes du Canada. Elle est l’auteure du livre Des fleurs dans votre assiette, paru aux éditions MultiMondes. Son livre a gagné un prix au Gourmand Awards et est finaliste au Taste Canada – Les Lauréats des Saveurs du Canada.

Pas de commentaires...

Écrire un commentaire

FORGOT PASSWORD ?
Lost your password? Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.
We do not share your personal details with anyone.