Des vagues dans l’eau du robinet

Robinet
Il ne manque pas de reportages sur la présence de pesticides, de métaux lourds et autres contaminants dans l’eau du robinet. Puis, la pollution occasionnée par la myriade de bouteilles dispersées un peu partout dans l’environnement est aussi devenue un problème criant…

En fait, seul un très faible pourcentage de l’eau traitée à grands frais par les villes aboutit dans nos estomacs, alors que l’essentiel sert à laver rues, entrées de garage, remplir des piscines et, surtout, à des usages industriels. Nous n’aurons pas le choix de revoir notre relation à l’eau.

Effets sur la santé : des cas

Sylvie souffre de douleurs au dos lorsque l’adoucisseur d’eau à la sortie de son puits artésien n’est pas en fonction. Les cheveux de Michèle sont particulièrement affreux lorsque lavés avec l’eau fortement chargée de minéraux de son propre puits artésien. Des troubles articulaires aux épaules depuis 15 ans envoient un individu à l’urgence par deux fois. Il voit son problème progressivement corrigé en six mois en troquant l’eau du robinet pour de l’eau « osmose inversée ». L’eau, une boîte de pandore ?

Des usines municipales de filtration inutilement dispendieuses

Nos villes s’évertuent à produire à grands frais une eau trop propre pour la plupart des usages auxquels on la destine, (laver les rues), tout en étant jugée insuffisamment propre par certains pour consommation sur de longues périodes.

Faudra-t-il réduire la qualité de l’eau du robinet, quitte à distribuer gratuitement de l’eau comparable à une eau osmose inversée ? Ce procédé permet d’éliminer les minéraux inorganiques et les polluants des eaux de boisson. Alors là, ça va discuter…

Notre eau, un cocktail explosif ?

On en traite à chaque semaine… dans les médias. Dépendamment de l’endroit, campagne, ville, puits artésien ou autre, on peut retrouver des minéraux à concentration variable, de la matière organique (exsudat d’humus, bactéries, etc.), du chlore pour éliminer ces matières organiques, de la dioxine résultant de la réaction chimique du chlore avec ces matières organiques, des milliers de substances chimiques synthétiques (BPC et congénères), à cela s’ajoutent des résidus d’alun, un floculant à base d’aluminium parfois utilisé dans les usines de filtration, des médicaments rejetés dans nos urines ou simplement jetés, et j’en passe. Ils se retrouvent immanquablement dans les cours d’eau souvent sources de prises d’eau.

Des minéraux, mais…

La santé publique favorise les eaux minéralisées pour leur apport nutritionnel. Ces minéraux sont effectivement utilisés par le corps, mais de quelle façon ? Certains font valoir que ces minéraux, généralement sous forme inorganique, se déposeraient indûment dans le corps, favorisant troubles articulaires, artériels, constipation, etc.

Il s’agirait de privilégier des eaux peu chargées de minéraux, comme les eaux distillées, ou d’osmose inversée ou de puits artésien peu concentrées, quitte à combler ses besoins en minéraux en les ingérant sous leur forme organique, c’est-à-dire, liés à la substance organique des aliments. D’ailleurs, dans les suppléments naturels de qualité, les minéraux sont inclus le plus souvent sous leur forme « chélatée », c’est-à-dire liés à un acide aminé ou un acide organique.

Quelle eau choisir ?

Quelle serait la concentration de minéraux inorganiques acceptable ? Viser le zéro absolu n’est pas souhaitable car pas naturel. Il semble que les humains s’abreuvaient autrefois d’eau de surface (ruisseaux) peu minéralisée, mais sujette à la contamination bactérienne.

À notre époque, hors des villes, cette eau a laissé place à celle de puits artésien, plus chargée en minéraux, fatalement inorganiques, et dont la concentration risque d’avoir été accrue fortement par l’action dissolvante des pluies acides sur la roche. L’eau de ces puits est souvent beaucoup plus chargée que celle de villes, comme celle de Québec qui, avec environ 90 ppm de minéraux, s’avère une concentration moyennement élevée.

À 172ppm, Montréal nous en fait goûter. Notons qu’un ppm, une partie par million, c’est 1 mg (1 millième de gramme) dans un litre (1000 grammes) d’eau. C’est à comparer aux eaux d’Évian (309 ppm), Perrier (460 ppm) et Vichy (3350 ppm).

On suggère de choisir des eaux naturelles ayant environ 35 ppm de minéraux et, préférablement, non traitées (non ozonée, etc.).

Une eau osmose inversée (filtrée avec une membrane à très fins pores sous la pression du robinet) est moins chargée avec 5 à 15 ppm, alors qu’une eau distillée l’est si peu, que cela pourrait la déclasser. L’eau Aquafina apparaît intéressante de par son côté osmose inversée, même si le fabricant, Pepsi Cola, a une évocation discutable. À noter que dans cet article nous n’avons pas élaboré sur les avantages éventuels d’autres procédés d’amélioration de l’eau comme la magnétisation, l’« énergisation » ou autres, non par manque d’intérêt de ces procédés, mais uniquement par souci de concision.

Un lavage intérieur par une eau propre ?

Notez l’interrogation, les conclusions étant difficiles à faire sur un sujet comportant autant de paramètres physiologiques. L’adoucissement de l’eau, en remplaçant le calcium par le sodium, a accru la fréquence cardiaque (1). C’est une des raisons pour lesquelles le milieu scientifique n’aborde pas la question des effets éventuellement négatifs des minéraux inorganiques. Pourtant, les stratégies de déminéralisation de l’eau ont d’abord pour objectif de remplacer ces minéraux calcaires par du sodium pour régler les problèmes de santé. Il y a aussi le fer et le soufre, potentiellement dommageables pour d’autres raisons. D’autre part, plusieurs croient que les minéraux inorganiques ne sont pas assimilés. Ils le sont au moins à un certain degré, mais le seraient de mauvaise façon. Voilà un énorme dossier.

Des dépôts calcaires formés dans les articulations empêchent le glissement souple des extrémités des os les unes sur les autres, favorisant l’inflammation à l’exercice. Une eau faiblement minéralisée aiderait à éliminer progressivement ces dépôts calcaires, comme dans le trouble d’épaules rapportés plus haut. Mais la guérison est-elle due à la déminéralisation de l’eau ? Car, s’étant convaincu de sa qualité et maintenant plus porté à boire cette eau sans arrière goût chloré, l’individu s’est-il trouvé à en boire suffisamment pour nettoyer son organisme ? Mais au moins, ça semble marcher.

Un trouble ayant généralement plusieurs causes, une eau peu minéralisée serait-elle plus efficace à le corriger si étaient également changées diverses habitudes alimentaires et de vie ? Selon Le Devoir du 16 mai 2009 (page D4), l’alcool serait cancérigène dès le premier verre, vin rouge compris. Serait-il moins cancérigène dans un régime santé comme le régime méditerranéen ? Or, dans le cas du cancer des voies aériennes et digestives supérieures, on ne rapportait de forte augmentation due à l’alcool que chez les fumeurs.

Les bouteilles d’eau : une plaie environnementale

Par principe et par économie, je n’ai jamais acheté de petites bouteilles d’eau sauf à de très rares occasions, n’ayant pas le choix. Achetée à l’épicerie santé (pour aussi peu que 2,50$ pour 18l) ou livrée à la maison, l’eau osmose inversée est plusieurs fois moins chère que celle vendue en ces petites bouteilles et ne pollue pas.

Par contre, je me garde précieusement de petites bouteilles pour remplissage à la maison. Pour éviter les résidus chimiques présents dans le plastique (surtout s’il est transparent), préférer les bouteilles opaques et, encore mieux, celles fabriquées pour cette fin.

Jouer à la roulette russe avec les fluorures

Voilà un autre traitement chimique artificiel de l’eau. Assez, c’est assez ! Il est impossible de trouver le point optimal entre la toxicité et l’utilité des fluorures. J’ai lu suffisamment de données scientifiques dans le cadre de mes recherches sur l’ostéoporose pour comprendre que la raison de loin la plus plausible à la promotion des fluorures est le désir de l’industrie d’écouler un rejet de production encombrant. Pour prévenir la carie dentaire, revenir à la gratuité des soins dentaires pour les enfants de tous âges s’avèrerait probablement beaucoup plus efficace et moins cher que d’ajouter ce produit toxique à l’eau de boisson.

Références
(1) Robertson, JS. 1968. Letter to Editor. Lancet, 2 : 348-349.

À propos de l'auteur

Dr Carol Vachon

Président de l'AMSB de 1996 à 2000 et auteur du livre Pour l'amour du bon lait, le Dr Carol Vachon est consultant en nutrition.

Site Web

11 commentaires

  1. Capucine 13 mai 2011,

    Je suis étonnée de la proposition de l’eau osmosée pour boire.

    Certes c’est une eau pure:

    - Mais sans minéraux, donc elle est déminéralisante puisque l’eau draine ce qui est mauvais dans le corps mais aussi les minéraux ;

    - De plus l’osmose nécessite beaucoup d’eau, je crois 2 ou 3 litres pour obtenir un litre, ce qui est à mon sens anti-écologique.

  2. Pierre Monier 13 mai 2011,

    Bonjour, le problème avec le fluor dans l’eau c’est que dépendamment de l’eau dans laquelle on l’ajoute, il se mélange avec d’autre substances et forme des composé qui peuvent être soit bénifique ou toxique… cette information est disponible depuis au moins 25 ans…

  3. Author

    Bonjour Capucine !

    Il semble qu’autrefois les humains consommaient une eau peu minéralisée, alors que celle aujourd’hui accessible a été concentrée en minéraux INORGANIQUES par les pluies acides. Déjà que l’eau osmose inversée contient encore quand même 10 à 15 ppm de minéraux, il reste que notre assimilation de minéraux doive se faire sous la forme organique, soit liée à la matrice de nos aliments, alors que les minéraux inorganiques tendraient à se déposer induement dans les articulations, les artères et le tube digestif, ce qui est perturbateur. Où a-t-on démontré que l’eau osmose est déminéralisante ?

    Enfin, par le procédé d’osmose inversée, on ne conserve que 10 % de l’eau. Mais même à cela, on est beaucoup moins gaspilleux qu’avec la situation actuelle par laquelle on perd 99% d’immenses quantités d’eau, comme je l’écris dans mon article. Meilleures salutations.

  4. Author

    Bonjour Pierre !
    Je n’ai pas approfondi cet aspect, mais, de par ses propriétés très réactives, les fluorures (car ce n’est pas du fluor qu’on ajoute) réagissent en des complexes éminemment suspects avec les autres molécules de l’eau. Nous jouons avec le feu pour faire des profits à l’industrie chimique.

  5. Diane 15 mai 2011,

    Les produits employés pour le nettoyage des bouteilles d’eau peuvent-ils laisser des résidus toxiques et cancérigènes?

  6. Eau d’osmose inverse
    Il s’agit d’un processus de filtration pouvant se révéler efficace dans les régions ne bénéficiant pas d’eau traitée par la municipalité. Le problème de ce processus est que des produits chimiques dangereux, tels que des pesticides, herbicides et du chlore sont des molécules plus petites que l’eau et qu’ils peuvent donc passer plus librement par le filtre.

    En outre, l’eau d’osmose inverse élimine les minéraux sains et naturels qui se trouvent dans l’eau minérale. Ces minéraux donnent non seulement un meilleur goût à l’eau mais ils ont une fonction vitale dans le corps humain. Lorsque ces minéraux sont éliminés, l’eau ne peut pas être saine. Ajoutez à cela les 7,6 ou 11,3 litres d’eau qui sont gaspillés par 3,78 litres d’eau purifiée qui est produite… Tant qu’à moi une Eau alcaline – hexagonal – anti oxydante est la meilleur source d’eau pure pour la santé.

  7. OLIVAUX 21 mai 2011,

    Bonjour,

    Que d’inepties dans le dernier message sur l’eau osmosée ! Consulter le web pour connaitre la taille des molécules est une précaution minimale….

    En effet, aucun soluté hydraté dans l’eau n’a une dimension supérieure au solvant (eau). Le diamètre d’une molécule d’eau est d’environ 3 angström (10 -10 m). Toute autre molécule est largement plus grosse !

    C’est pourquoi un osmoseur filtre aussi efficacement tous les polluants ou contaminants en excès dans l’eau.

    Il est nécessaire de reminéraliser une eau osmosée (car elle est chimiquement « agressive » parce que « purifiée ») avec quelques pincées de sel de mer brut ou quelques gouttes de jus de citron par exemple afin de la restructurer chimiquement parlant.

    En effet, en dessous de 10 à 15 mg de minéraux par litre, une eau est déstructurée (Cf travaux de Joseph Orszagh, Bioélectronique de Vincent).

    Notons au passage que l’eau alcaline et réductrice, très en vogue, contient de nombreux polluants (traces de pesticides, de résidus médicamenteux et hormonaux…).

    Dernier point, aucune technique physicochimique au monde ne peut spécifier les clusters d’eau (trimère, hexagonaux…). Parler d’eau hexagonale est de l’escroquerie intellectuelle…

    Par ailleurs, s’il est exact qu’il faille « gaspiller » environ 3 litres d’eau pour produire 1 litre d’eau osmosée, ce rejet est négligeable compte tenu que 97% de notre consommation est constituée d’eau virtuelle (eau nécessaire pour produire toute nourriture ou autre produit (voiture, vêtements…). Ce type d’eau n’est donc pas visible !

    Notre consommation domestique ne représente donc que 3% de l’ensemble.

    En résumé, économiser substantiellement l’eau au quotidien en réduisant notre « empreinte individuelle » en eau consiste à manger moins de viande (eau virtuelle : il faut qq 1500 litres d’eau pour produire 1 kg de blé et 15.000 litres pour avoir 1 kg de boeuf)

    Yann Olivaux, biophysicien et auteur de « La nature de l’eau » (700 pages dont la moitié sur les questions de la qualité de l’eau alimentaire)

  8. Annick Guenette 28 juillet 2011,

    Je trouve vraiment désespérant ce sujet de l’eau. Je voudrais faire le meilleur choix pour ma santé et celle de notre planète et c’est vraiment un sujet qui me décourage jour après jour et de vous lire, ça devient juste plus complexe… personne ne se met d’accord alors, je peux bien être un peu confuse hehe…

  9. Tania Brunet 16 février 2012,

    Bonjour monsieur Vachon, je voulais vous dire que je connais l’eau osmose inversée et j’y crois. Dans ma ville, l’eau a plus de 600 ppm, je pense que c’est très dangereux pour tous les citoyens et je me demande qu’est-ce que je pourrais faire pour faire changer cela, écrire au maire de la ville …… j’aurais besoin de vos conseil, svp. Merci !

  10. Marc Bernard N.D 6 août 2012,

    Bien le bonjour, mon choix personnel : un osmoseur, membrane et Ozone. Et je met un concentré de H- qui ramène le ph a 8 et ORP a -300, de plus dans ma bouteille de jour je met des * Électrolytes*. Voir le livre la Mise au point Jay.Au plaisir. (je suis d’accord avec Olivaux sur les inepties)

  11. Merci pour cet article j’hésitais quant à installer l’eau osmosée chez moi car j’ai eu peur d’avoir une eau pauvre en minéraux!Mais là je pense que je vais opter pour …et arrêter ainsi l’achat des bouteilles en plastiques!