L’eau selon l’ayurvéda

L'eau selon l'ayurvéda | Association Manger Santé Bio

Nous savons tous que l’eau est d’une importance capitale pour la santé. Qu’en est-il de l’eau en ayurvéda, cette ancienne « science de la vie » nous provenant de l’Inde, forte de milliers d’années d’expérience ? Nous verrons dans cet article les nombreux bienfaits de cette substance aussi essentielle que l’eau.

La qualité de l’eau en péril

L’ayurvéda s’intéresse d’abord à la qualité de l’eau. De nos jours, la pollution « toxique » s’ajoute ou fait place à la pollution « chimique », car l’eau potable des villes se charge des médicaments excrétés par les humains. Ceux-ci ne sont pas filtrés par nos systèmes d’épuration archaïques, il est important de boire de l’eau qui n’est pas « chargée » d’autres molécules, de l’eau qui est pure et non toujours des jus, des tisanes et encore moins des boissons énergisantes ou de l’eau polluée. Buvons de l’eau, tout simplement.

Tandis que toutes sortes de systèmes de filtration nous sont proposés, à mon avis les meilleurs sont ceux qui reproduisent l’eau provenant d’une rivière des montagnes : pure, minéralisée juste ce qu’il faut, bien structurée dans son assemblage atomique et de charge électrique légèrement négative. Pour y arriver, il suffit de bien la filtrer (ex. : avec des filtres en céramique et au charbon) et ensuite de mettre l’eau en contact avec des pierres minéralisées de façon à ce qu’elle absorbe un peu de minéraux et que sa charge ionique réplique celle d’une rivière, ni plus ni moins.

L’eau, ce solvant universel

En ayurvéda comme en science moderne, l’eau est l’ultime solvant universel qui sert à diluer les propriétés des substances tout en nettoyant ce qui doit être éliminé. L’eau est très neutre de nature : elle n’a aucune des six saveurs énoncées en ayurvéda et n’affiche aucune propriété particulière sinon sa fluidité. Ses meilleurs effets sont de solubiliser les nutriments et toxines ainsi que de faciliter, voire permettre, les échanges chimiques dans l’organisme.

Eau chaude vs eau froide

Il est facile de servir l’eau froide, tiède ou chaude, ce qui permet de favoriser certains effets lorsqu’on utilise efficacement les avantages de l’une et de l’autre. Voyons comment nous pouvons nous servir des propriétés de l’eau chaude ou de celles de l’eau froide selon nos besoins du moment et notre nature individuelle :

Eau chaude

  • Aide à digérer les repas et à nettoyer le tractus digestif de l’œsophage à l’anus.
  • Prévient la formation de gaz et les expulse du système digestif.
  • Est diurétique. Elle augmente la quantité d’urine que vous excréterez tout en nettoyant la vessie.
  • Est diaphorétique, c.-à-d. qu’elle facilite la sudation et l’aboutissement des fièvres.
  • On la préconise pour la désintoxication et pour soigner la constipation.
  • Elle soigne la gorge, soulage de la toux, des troubles respiratoires divers et du hoquet.
  • Soulage « les principes du mouvement et de la préservation » (vata et kapha en ayurvéda), mais peut déséquilibrer « le principe de la transformation » en cas d’excès (pitta).

Eau froide

  • Elle tempère les sensations de chaleur.
  • Atténue l’appétit ou l’éteint, selon la puissance de la digestion et du métabolisme de la personne.
  • Fait ressentir l’envie d’uriner rapidement sans augmenter la quantité totale de fluides excrétés.
  • Utilisée en cas d’intoxication, de vomissement ou d’empoisonnement.
  • Favorisée en cas de brûlures, de chaleurs, de maladie au sang et pour soulager la soif.
  • Soulage « le principe de la transformation » (pitta en ayurvéda), mais peut déséquilibrer « les principes du mouvement et de la préservation » en cas d’excès (vata et kapha).

La quantité d’eau que l’on doit boire

Tout doit être personnalisé selon notre nature en ayurvéda, aussi la quantité d’eau recommandée par jour et par personne dépend de sa constitution. En effet, la quantité d’eau excrétée par la sueur, celle utilisée pour la digestion et celle que l’on urine lors d’une journée varie grandement d’un individu à un autre.

L’ayurvéda affirme que l’on doit remplir environ un tiers de notre estomac avec de la nourriture solide, mais aussi un autre tiers avec du liquide et enfin conserver un tiers de l’estomac vide, pour permettre un brassage facile et efficace du bol alimentaire. Ceux dont la digestion est compromise par les breuvages aux repas devront boire une bonne quantité d’eau, 250 à 500 mL, dans l’heure qui suit le repas. Cela comble l’eau utilisée par le corps pour la digestion.

Puisque l’ayurvéda ne fournit pas de quantité précise, j’estime d’après mes observations que la quantité d’eau idéale à boire par jour et par personne se situe entre 1,25 L et 2,50 L par jour, voire beaucoup plus en cas de canicule et/ou de travail physique intense. Je recommande typiquement à mes clients de boire au moins 1,5 L d’eau par jour et davantage si la soif le demande.

N’oublions pas de promener les liquides en bouche avant de les avaler, cette insalivation change leur viscosité et augmente la quantité qui sera retenue par le corps pour ses besoins vitaux.

Le rôle crucial des corps gras dans l’hydratation

Un point important est mentionné en ayurvéda et constitue un véritable chaînon manquant en Occident : un théorème ayurvédique prétend que l’huile et l’eau s’opposent ensemble à la sécheresse et que les deux sont nécessaires pour hydrater convenablement le corps. Ainsi, certaines personnes boivent suffisamment d’eau, mais elles sont tout de même sèches, car elles ont besoin de corps gras.

Avant même d’ajouter des corps gras dans l’alimentation, prenez plutôt une ou deux cuillères à soupe d’une huile végétale bien grasse, comme le tournesol, l’avocat ou le sésame (biologique et non grillé). Faites-le avant de vous coucher et aussi au levé si la bouche est encore sèche au matin.

La peau doit aussi être huilée si elle présente des signes de sécheresse. En vous soignant de cette manière, vous maximisez les effets hydratants de l’huile et minimisez son aspect lourd et calorique. Enfin, vous maximiserez aussi l’hydratation de l’eau que vous buvez à force de combler vos besoins en huile.

N’oubliez pas, tout de même, de boire de l’eau tout au long de la journée… à votre santé!

Jonathan Léger Raymond
namaste@ayurvedarevolution.com

Thérapeute en ayurvéda et herboriste accrédité par la Guilde des Herboristes du Québec, Jonathan Léger Raymond est un thérapeute holistique spécialisé en ayurvéda, médecine traditionnelle de l'Inde. Il est co-fondateur du centre Espace Ayurvéda à Montréal et se consacre à présent à l'édification d'une plate-forme internationale de référence sur l'Ayurvéda et le mode de vie écologique: Ayurvéda Revolution.

Pas de commentaires...

Écrire un commentaire