Plus fort, plus rapide et plus endurant par l’acupuncture et l’alimentation


La fatigue et le phénomène de récupération peuvent être des causes importantes de perte de motivation à maintenir un programme sérieux d’entraînements réguliers. Si sauter quelques séances de sports n’aura certes pas le même impact sur tous, la discipline peut faire la différence entre un podium et une retraite anticipée pour un athlète professionnel.

Les sportifs de tous âges bénéficieraient pourtant de la régularité des séances d’exercices, y compris ceux qui utilisent l’exercice comme régulateur de l’humeur, pour qui la notion de « doses » d’exercices est importante. (1)

L’acupuncture

Plusieurs mécanismes ont été identifié pour expliquer l’association définitive entre acupuncture et performance sportive (2). Des équipes sportives sérieuses font maintenant appel à l’acupuncture sur tous les continents.

Effectivement, les sportifs sérieux auraient tout intérêt à consulter régulièrement en acupuncture : les meilleurs le font déjà. Le champion d’arts martiaux mixtes (MMA) Georges St-Pierre a bénéficié de l’acupuncture lors de son entraînement qui lui a permis de réassurer son titre en 2017.

Plusieurs athlètes, dont le médaillé en série Michael Phelps, de l’équipe olympique américaine, arboraient à Rio en 2016 des marques de ventouses.

Les ventouses sont couramment utilisées en clinique d’acupuncture, conjointement notamment à l’acupuncture ou encore à l’électroacupuncture. Concrètement, l’acupuncture permet de favoriser les mécanismes suivants (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) :

  • Meilleure circulation sanguine

  • Augmentation de l’oxygénation des tissus musculaires
  • Amélioration de la récupération des micro-déchirures

  • Prolongation de l’endurance musculaire

  • Augmentation de la force EXPLOSIVE (rapidité de contraction)
  • Augmentation de la force isométrique (contraction statique)

Ces effets concourent pour retarder la fatigue liée à l’effort de manière significative, permettant donc non seulement d’être plus fort, plus rapide et performant, mais de durer aussi plus longtemps. Sans effets secondaires.

Les suppléments

Certains suppléments peuvent être tentants, à la lumière de la publicité qu’on leur donne. Cependant, on sait que plusieurs vitamines, utilisées en concentrées, peuvent, à long terme, « fatiguer les organes yin ». Par exemple, l’excès des fameuses vitamines B6 et B12 en supplémentation serait associé à un risque accru de certains types de cancers d’un organe vital : le poumon. Le poumon est l’un des 5 organes yin, avec le cœur, le rein le foie et le pancréas.

L’alimentation

Un régime équilibré peut faire, bien souvent, une énorme différence. Un carburant de qualité peut influencer significativement les capacités sportives.


La médecine traditionnelle chinoise différencie les manifestations individuelles de la fatigue. On peut voir ici les différents types de fatigues comme différentes variations de la phase normale de récupération suivant l’effort.

Les aliments fonctionnels spécifiques sélectionnés ci-bas sont à considérer comme partie intégrante d’un menu équilibré. On classe les aliments selon leur nature, leur saveur et leur apport nutritionnel spécifiques. Les orientations thérapeutiques de ces alicaments favorisent le retour à l’équilibre des syndromes différentiels décrits. Il faut savoir que pour la médecine chinoise, un aliment devient plus souvent thérapeutique lorsqu’il est consommé avec une régularité rigoureuse, parfois jusqu’à plusieurs portions par jour et pour une durée déterminée.

Types de fatigues en phase de récupération
Signes et symptômes associés
Habitudes bénéfiques
(10) (11)

  • Vide de Qi du Poumon (fatigue, essoufflement facile, parfois respiration laborieuse même au repos) : avoine, hareng
  • Vide de Qi de Rate (fatigue, faiblesse musculaire, appétit faible, selles molles) : tubercules, i.e. betterave, poulet bio, maquereau, pomme grenade
  • Vide de Qi du Coeur (fatigue, léger essoufflement à l’effort, palpitations, dépression) : intégrer la méditation à l’entraînement, avoine, hareng, tubercules, i.e. betterave, poulet bio, maquereau, pomme grenade
  • Vide de Yang du Coeur (fatigue, essoufflement à l’effort, transpirations survenant précipitamment à l’effort, palpitations, dépression, sensation de froid) : intégrer la méditation à l’entraînement, éviter les aliments froids, crus et très salés, favoriser quinoa, truite, saumon bio, noix de grenoble, framboise
  • Vide de Yang de la Rate (fatigue, faiblesse musculaire, perte d’appétit, sensation de froid, froid des membres, selles molles) : éviter les légumes crus, les agrumes, modérer les aliments salés et sucrés, les produits laitiers et le vinaigre, favoriser riz, anchois, dinde bio, agneau bio, pomme grenade
  • Vide de Yang du Rein (fatigue extrême, épuisement, dépression, manque de volonté, douleur sourde du bas du dos, urines fréquentes et pâles, sensation de froid général ou surtout du bas du corps, faiblesse des genoux, impuissance chez l’homme, perte de libido chez l’homme et la femme) : éviter les aliments froids, crus et très salés, favoriser quinoa, truite, saumon bio, noix de grenoble, framboise
  • Vide de Sang du Coeur (fatigue qui s’aggrave vers midi, palpitations, troubles de mémoire, insomnie ou sommeil léger, perturbé par les rêves) : légumes verts foncés, i.e. épinards, bœuf bio, pois chiches, pomme grenade
  • Vide de Sang du Foie (fatigue, sensation de faiblesse, crampes, engourdissements, vision brouillée, règles peu abondantes, ongles fragiles, sécheresse de la peau et des cheveux) : millet, tofu, baies de goji
  • Vide de Yin du Foie (fatigue qui s’aggrave l’après-midi, engourdissements, crampes, céphalées au sommet de la tête, vertiges, vision brouillée, yeux secs, irritabilité) : millet, tofu, baies de goji, prune, champignon, huile de bourrache
  • Vide de Yin du Coeur (épuisement, palpitations, insomnie ou sommeil perturbé par les rêves, sursauts, transpirations nocturnes, agitation mentale, trouble de la mémoire, anxiété, hypersensibilité émotionnelle, rougeur des pommettes, bouche et gorge sèche, chaleur des pieds et mains, bouffées de chaleurs en après-midi) : intégrer la méditation à l’entraînement, germe de blé frais, haricots mung
  • Vide de Yin du Rein (épuisement, dépression, faiblesse des jambes et des genoux, douleur sourde du bas du dos, manque de volonté, vertiges, acouphènes, surdité, sécheresse de la bouche et de la gorge qui s’aggrave la nuit, transpirations nocturnes, rougeur des pommettes, insomnie secondaire) : bleuts, mûres, varech, moules, huîtres, haricots noirs, orge, bouillons d’abats et d’os
  • Stagnation et surpression du Qi du Foie (fatigue qui s’aggrave l’après-midi, points sous les côtes, sensation d’être crispé, soupirs, nausées, appétit instable, éructations, S.P.M.) : éviter l’alcool, et planifier de manger le dernier repas avant 18h, assaisonner avec ail, poivre noir et curcuma
  • Vent du Foie (fatigue, tremblements, tics, engourdissements, vertige, paralysies) : avoine, coconut, menthe
  • Humidité (léthargie, sensation de lourdeur, brouillard mental, engourdissements, légers vertiges, mucosités chroniques) : éviter les combinaisons complexes, l’hyperphagie, favoriser seigle, fève aduki, miel cru

L’alimentation en fonction du terrain

Il y a définitivement une tendance qui se dessine chez les sportifs professionnels en ce qui a trait une alimentation végétarienne, et même végétalienne. Selon la médecine orientale, ce type de régime ne s’applique cependant pas à tous.

Différentes traditions monastiques de l’orient ont aussi mis de l’avant le végétarisme pour le développement du plein potentiel humain (10). Il faut savoir que ces milieux particuliers ont servi de berceau sur plusieurs milliers d’années pour le développement des sports très anciens que sont les arts martiaux, ainsi que la pratique de la médecine. Malgré le végétarisme qui y régnait généralement, on raconte qu’on y aurait pourtant parfois proposé du poisson et/ou de la volaille, plus particulièrement à ceux dont la constitution n’aurait pas permis un tel régime végétal.

Dans cette même veine d’équilibrage fin des facteurs affectant la performance, les saisons pourraient avoir un effet sur les biorythmes : si bien qu’il est opportun d’effectuer une sélection judicieuse du type d’exercice à privilégier selon les périodes de l’année. Ainsi, on sait que l’automne et le printemps se prêteraient mieux aux entraînements rigoureux et exigeants, tandis durant l’été et l’hiver des séances d’entraînements plus modérées devraient être privilégiées.

On ne peut certainement pas parler de fatigue et de phase de récupération sans mentionner l’importance de la régénération qui s’opère durant le sommeil. L’insomnie peut certainement miner les gains ! Le sommeil et la régularité des cycles veille/sommeil sont d’une importance capitale pour progresser en performance. S’il faudra pour certains plus de sommeil en hiver dans l’hémisphère nord, les athlètes devraient viser tout au long de l’année un minimum de 8 heures de sommeil.

En résumé, retenons que pour développer au maximum sa force, sa rapidité et son endurance par l’entraînement régulier, il est avantageux d’introduire au programme suffisamment de repos, des aliments fonctionnels, ainsi que des traitements d’acupuncture réguliers.

Références

(1) Cost-effectiveness of a preferred intensity exercise programme for young people with depression compared with treatment as usual: an economic evaluation alongside a clinical trial in the UK BMJ Open 2017;7:e016211. doi:10.1136/bmjopen-2017-016211,Turner D, Carter T, Sach T, et al

(2) Acupuncture et Performance Sportive, 3 raisons pour lesquelles vous avez besoin d’un acupuncteur dans votre équipe de soins

Circulation sanguine
(3) Influence of acupuncture on physical performance capacity and haemodynamic parameters. (1992)  “Performance was determined by means of a spiro-ergometer test which was carried out at the beginning and at the end of five weeks of treatment consisting of one session per week. The subjects from the group which actually received acupuncture were able to increase maximum performance capacity significantly and also physical performance at the anaerobic threshold. This may be interpreted as a sign of functional improvement in haemodynamic and metabolic mechanisms.”
Récupération

Oxygénation
(4) Adv Exp Med Biol. 2016;923:327-333. doi: 10.1007/978-3-319-38810-6_43. Effects of Acupuncture Stimulation on Muscle Tissue Oxygenation at Different Points. Kaneko Y et al.

Force explosive, Force isométrique, Performance
(5) Electrical acupoint stimulation increases athletes’ rapid strength (2006) “Electrical acupoint (acupuncture) stimulation can enhance athlete’s rapid strength.”

(6) The acute effect of acupuncture on 20-km cycling performance. (2008)  “…acupuncture gave higher RPE scores compared to the other tests. The clinical significance was that the higher RPE scores gave lower time and VAS scores.”

(7) Immediate effects of acupuncture on strength performance: a randomized, controlled crossover trial (2010)  »The present study shows that a single acupuncture treatment was efficacious for improving isometric quadriceps strength in recreational athletes. These results might have implications not only for athletic performance enhancement, but also for rehabilitation programs aimed at restoring neuromuscular function.»

Endurance
(8) Improved performance in endurance sports through acupuncture (2010) “All groups showed statistically significant enhancements in their running times and their complexity factors, but in the case of the runners treated with acupuncture, the improvements were highly significant. Therefore, the field test proves that acupuncture has a significant impact on the performance of the athletes in endurance sports.”

(9) Effect of acupuncture on regulating skeletal muscle endurance in rats (2010) (Modèle murin)  »As an assistant training method, acupuncture can postpone descending point of muscle strength endurance to delay sport fatigue.»

Alimentation fonctionnelle spécifique
(10) Healing With Whole Foods: Asian Traditions and Modern Nutrition, Paul Pitchford, 3rd edition, 2002, North Atlantic Books, California

(11) Maciocia, Giovanni, La pratique de la médecine chinoise, Satas, 1994, ISBN 2-87293-030-2

Plus à propos de :
Olivier Roy
olivier@clinique-shanti.com

Olivier Roy cumule 14 ans d'expérience en relation d'aide ainsi que 10 ans d'expérience en tant qu'acupuncteur en divers contextes cliniques; cliniques multidisciplinaires, cliniques de réadaptation, milieu hospitalier, clinique privée, ainsi qu'à domicile, pour les patients à mobilité réduite. Olivier Roy est spécialisé en acupuncture japonaise, ainsi qu'en acupression et acupuncture LASER. Il sait partager avec passion son expérience et son savoir-faire. Il pratique et habite à Montréal. Pour un rendez-vous en acupuncture : www.laclinique.net.

Pas de commentaires...

Écrire un commentaire