Trois (autres) plantes médicinales pour soigner les jeunes enfants

Trois (autres) plantes pour soigner les jeunes enfants

Allons-y avec le fenouil pour soulager les problèmes de ballonnements et de crampes, la molène pour le système respiratoire inférieur et supérieur, ainsi que l’orme rouge pour soigner les inflammations et l’acidité du système digestif.

La première partie de cet article aborde les principes de base pour déterminer les dosages destinés aux nourrissons et aux jeunes enfants. Vous y trouverez également quelques généralités utiles concernant les modes d’utilisations tels que tisanes, concentrés liquides, huiles et crèmes.

Profitons de cette 2e partie pour élargir la palette de plantes auxquelles nous pouvons faire appel pour assurer la santé et le bien-être de nos tout-petits.

Fenouil

Foeniculum vulgaris

Le fenouil est l’un des meilleurs carminatif qui soit, c’est-à-dire qu’il disperse les gaz intestinaux tout en stimulant un peu les fonctions digestives. Il relaxe aussi les muscles lisses, ce qui apaise les crampes et les spasmes tout au long du tractus digestif. Quoi de mieux pour soulager les colites infantiles ! Chez la mère allaitante, il facilite la sécrétion du lait maternel en favorisant la production d’œstrogènes : autrement dit, il procure un effet galactagogue. Revitalisant pour les esprits apathiques, le fenouil anime la personnalité et stimule l’auto-motivation.

Mode d’utilisation : Quelques pincées suffiront aux jeunes enfants, soit de 1/4 à 1/2 c. à thé de graines de fenouil, infusées dans 1/3 à une 1/2 tasse d’eau bouillante. Après 5 à 10 minutes, l’eau aura tiédit et l’on filtre alors les graines de fenouil. Pour les nourrissons, quelques cuillères de cette tisane peuvent être administrées à même la bouche ou encore être mélangées dans le biberon. Répétez au besoin, jusqu’à 3 fois par jour. Il est aussi possible de se procurer parmi les produits d’herboristerie en vente libre un glycéré de cataire convenant aux enfants de tout âge : la posologie y sera indiquée pour les jeunes bambins de quelques semaines aussi bien que pour les grands enfants.

Molène

Verbascum thapsus

Cette plante très douce désobstrue, dilate et tonifie efficacement les bronches. Elle est utile pour équilibrer les muqueuses en cas de congestion, de mucus et même aussi en cas de sécheresse. Utilisée à long terme, la feuille de molène peut même restaurer le système respiratoire et résoudre l’asthme et l’insuffisance pulmonaire. Par ailleurs, l’huile infusée de fleurs de molène est appliquée sur la peau pour activer la circulation lymphatique et décongestionner les ganglions. Un usage répandu consiste à l’appliquer autour des oreilles pour soulager la congestion douloureuse qui survient fréquemment lors des otites.

Mode d’utilisation : En infusion, la dose adulte est d’une cuillère à soupe par tasse alors pour un enfant 1/2 à 1 c. à thé pour 1/3 à 1/2 tasse suffiront, 1 à 2 fois par jour. Cependant, les poils microscopique de la molène peuvent se révéler irritants alors filtrez-là avec un filtre à café. Il existe aussi des glycérés de molène sur le marché, dont la posologie varie selon l’âge de l’enfant. Enfin, l’huile de molène s’applique en petite quantité autour de l’oreille et dessous la mâchoire vers la gorge. Répétez l’application 2 à 3 fois par jour, en massant doucement.

Orme rouge

Ulmus rubra

L’orme rouge est incomparable pour soigner le tractus digestif lorsque celui-ci est très acide, inflammé, asséché ou ulcéré. Il apaise et humidifie instantanément tout en réparant les blessures. De plus, l’orme rouge constitue une nourriture riche en sucres, vitamines et minéraux que l’on peut consommer lorsqu’on ne semble pas capable d’avaler rien d’autre, après une gastro-entérite par exemple. Consommé avec beaucoup d’eau, les fibres hydrosolubles de l’orme rouge se gonflent et facilitent l’élimination des selles en cas de constipation. En revanche, pris avec seulement un peu d’eau, il absorbe les liquides excédentaires dans l’intestin en cas de diarrhée liquide.

Mode d’utilisation : Diluer et mélanger entre 1/2 c. à thé et 1 c. à soupe de poudre d’orme rouge dans un peu d’eau tiède ou bien dans de la compote de pommes non-sucrée, environ 5 à 6 fois plus d’eau ou de compote que de poudre. On en mange comme une purée et son goût est très bon, un peu sucré et rappelant l’érable. Accompagnez chaque dose d’une bonne gorgée d’eau par la suite, à moins de vouloir absorber des liquides excédentaires dans l’intestin. Répétez au besoin 2 à 4 fois par jour : l’orme rouge est une douce nourriture qui nous accompagne lorsque la digestion ne va plus.

Jonathan Léger Raymond
namaste@ayurvedarevolution.com

Thérapeute en ayurvéda et herboriste accrédité par la Guilde des Herboristes du Québec, Jonathan Léger Raymond est un thérapeute holistique spécialisé en ayurvéda, médecine traditionnelle de l’Inde. Il est co-fondateur du centre Espace Ayurvéda à Montréal et se consacre à présent à l’édification d’une plate-forme internationale de référence sur l’Ayurvéda et le mode de vie écologique: Ayurvéda Revolution.

Pas de commentaires...

Écrire un commentaire