Trois plantes médicinales pour soigner les jeunes enfants

Soigner les nourrissons avec les plantes médicinales est plus facile qu’on ne le pense. La plupart des maux des jeunes enfants peuvent aisément être soignés à l’aide de quelques plantes médicinales.

Cet article se veut un résumé pratique de quelques remèdes sécuritaires, simples et efficaces, applicables à la maison à l’aide de plantes douces et dépourvues d’effets secondaires.

Bien sûr, en cas de problèmes sérieux ou persistants, n’hésitez pas à consulter les spécialistes de la médecine moderne et/ou naturelle : les herboristes qualifiés peuvent vous aider à devenir indépendants et plus efficaces en matière de santé naturelle.

Dosages thérapeutiques pour enfants

Lorsqu’on utilise des remèdes naturels à l’interne, les indications et posologies sont d’ordinaires conçues pour des personnes adultes. Une règle facile à appliquer consiste à administrer une dose proportionnelle au poids de l’enfant. Par exemple, si l’on considère qu’un adulte de poids modeste pèse environ 50-70kg, le dosage adéquat pour un enfant de 9 kg serait six fois inférieur à celui d’un adulte.

Tisanes

D’ordinaire, il est recommandé de consommer la plupart des tisanes à raison de 2-3 tasses par jour, préparées à partir d’une cuillère à soupe d’une plante médicinale séchée pour chaque tasse d’eau chaude, infusée une dizaine de minutes.

Suivant l’exemple précédent d’un enfant de 9kg, nous pourrions utiliser ½ c. à soupe de plante médicinale par tasse et administrer 1/3 de tasse deux fois par jour pour obtenir un dosage six fois moins concentré.

Concentrés liquides

Les concentrés liquides sont dosés au compte-goutte et s’expriment en termes de nombre gouttes et/ou de millilitres. Il est donc facile de diviser la dose recommandée en fonction du poids de l’enfant ou du nourrisson.

Le plus important est d’éviter les concentrés d’alcool pour les enfants de moins de deux ans car leur foie ne peut pas encore métaboliser l’alcool, même dans les quantités infimes qui constitueront une dose thérapeutique. En revanche, il existe sur le marché des extraits dans la glycérine ou le vinaigre de cidre, dont certains sont justement conçus pour les nourrissons et les enfants en bas âge.

De plus, leur administration est plus facile à réussir que les tisanes si l’enfant se montre rébarbatif au remède. En effet, on peut facilement intégrer les concentrés liquides à un aliment ou un jus, bien qu’il soit préférable de les prendre avec seulement un peu de nourriture et/ou de liquide, dans la plupart des cas. Une cinquantaine de millilitres d’eau par dose serait idéal pour maximiser les effets.

Applications externes

Certaines plantes ont des usages thérapeutiques que l’on peut réaliser avec des modes d’utilisation externes comme les bains, les cataplasmes, les huiles pour le corps, etc. Ces méthodes seront détaillées plus loin selon les plantes médicinales utilisées.

Les applications externes comportent en général moins de limitations que les usages internes et conviennent parfaitement aux parents néophytes et quelque peu hésitants à utiliser des plantes médicinales.

Calendule (Calendula officinalis)

Les fleurs de calendule sont utiles en application externe pour apaiser et soigner l’érythème fessier, les irritations, les infections et les rougeurs de la peau en général. Utilisez-les sous forme d’huile infusée, de crèmes et d’onguents ou alors en infusion, dans le bain ou en compresse. En plus d’être antiseptique et antifongique, elle aide admirablement à cicatriser et à réparer la peau sans laisser de marques.

On peut aussi consommer la tisane de calendule à l’interne pour éliminer les bactéries et les champignons. De plus, la calendule diminue les inflammations et active la microcirculation lymphatique, ce qui facilite le travail du système immunitaire et active les processus de réparation naturels de la peau.

Modes d’utilisations : Pour préparer une infusion à boire ou pour en ajouter au bain et sur les compresses, utilisez une poignée de fleurs que vous ferez infuser dans 1 litre d’eau bouillante pendant une vingtaine de minutes, le temps que la préparation devienne tiède. On peut boire 2 à 3 tasses par jour pour obtenir des effets médicinaux, un dosage que l’on ajuste selon le poids de l’enfant. En externe, les huiles, onguents et crèmes sont plus efficaces lorsque la peau est sèche, tandis que l’infusion de calendule est préférable sur une peau très inflammée et/ou plus grasse.

Cataire (Nepeta cataria)

La cataire est sans pareil pour tonifier le système nerveux des poupons, les aider à dormir sereinement ainsi qu’à rester calmes et détendus une fois éveillés. Nul besoin de préciser qu’un enfant qui dort bien améliore de beaucoup la qualité de vie des jeunes parents ! Notez qu’il ne s’agit pas d’une plante sédative comme celles que l’on retrouve dans plusieurs produits, qui sont efficaces à court terme mais n’apportent pas autant de bénéfices à long terme.

De plus, la cataire supporte doucement le travail du foie, disperse les gaz, alcalinise l’organisme et élimine les bactéries et champignons. Ces effets en font une plante de choix pour soigner les ballonnements, les colites, la perte d’appétit et les problèmes cutanés tels le muguet, aussi connu sous le nom de « chapeau ». Enfin, la cataire favorise la sudation et rafraîchit le corps en cas de fièvre.

Modes d’utilisation : La cataire se consomme sous forme de tisane à raison d’une cuillère à soupe par tasse et de 2 à 4 tasses par jour, pour un adulte. Suivez les indications énoncées ci-haut pour déterminer la dose adéquate pour votre enfant : possiblement 1 c. à thé infusée dans une demi-tasse d’eau, administrée 2 à 3 fois par jour. Il existe aussi des glycérés de cataire sur le marché sur lesquels seront indiquées des posologies variant selon l’âge des jeunes enfants ainsi que des teintures de cataire dans l’alcool convenant aux enfants de plus de 2 ans.

Sureau (Sambucus nigra ou canadensis)

Sureau

Le sureau est incomparable pour endiguer la grippe et autres virus, tout en combattant aussi les infections bactériennes. Ayant une affinité avec les troubles de l’O.R.L., il favorise l’expectoration, la décongestion et assèche les petits nez qui coulent tel l’érable au printemps… Ces propriétés sont aussi bénéfiques en cas d’otite. Le sureau fait par ailleurs aboutir les fièvres, comme la cataire (effet diaphorétique). Ses antioxydants et sa vitamine C entretiennent le système cardio-vasculaire. D’autre part, le sureau aide l’organisme à éliminer les toxines qui l’encombrent.

Modes d’utilisation : Les baies de sureau sont préférées pour leurs effets antiviraux tandis que les fleurs sont meilleures pour assécher le mucus et diminuer la fièvre. Puisque le sureau est très concentré, 1 c. à thé de fleurs et/ou de baies suffit pour une tasse d’eau que l’on infuse pendant 10 minutes et boit à une fréquence de 2 à 4 tasses par jour. Encore une fois, ajustez cette dose selon le poids de l’enfant. Combinez les fleurs et les baies au besoin. En cas de début d’infection virale telle la grippe, administrez une dose toutes les 2 heures pendant une journée ou deux pour « casser » l’infection avant qu’elle ne s’installe.

Jonathan Léger Raymond
namaste@ayurvedarevolution.com

Thérapeute en ayurvéda et herboriste accrédité par la Guilde des Herboristes du Québec, Jonathan Léger Raymond est un thérapeute holistique spécialisé en ayurvéda, médecine traditionnelle de l'Inde. Il est co-fondateur du centre Espace Ayurvéda à Montréal et se consacre à présent à l'édification d'une plate-forme internationale de référence sur l'Ayurvéda et le mode de vie écologique: Ayurvéda Revolution.

Pas de commentaires...

Écrire un commentaire

Lire les articles précédents :
Soupe aux pois jaunes cassés
Soupe aux pois jaunes cassés

Fermer