Traiter la céphalée par l’acupuncture et la diététique traditionnelle orientale

Traiter la céphalée par l’acupuncture et la diététique traditionnelle orientale

La céphalée, caractérisée par des maux de tête récurrents, est l’une des affections du système nerveux les plus répandues. C’est l’une des raisons de consultation très fréquentes en clinique d’acupuncture.

Selon l’O.M.S.:

« …on estime en général que près de la moitié de la population adulte a eu au moins une fois une céphalée au cours de l’année écoulée. Dans le monde, seule une minorité des personnes atteintes de céphalées bénéficie d’un diagnostic adapté… L’ampleur des céphalées a été sous-estimée et ces troubles sont insuffisamment reconnus et soignés dans le monde. » (1)

Actuellement, des données probantes de qualité modérée supportent l’efficacité du traitement d’acupuncture pour prévenir er traiter les céphalées de tension et les migraines. (4)

Les céphalées autour du globe

En 1 an, entre 50 % et 75 % des adultes âgés de 18 à 65 ans dans le monde ont eu mal à la tête. La céphalée toucherait toutes les populations, quels que soit l’âge, la race, le niveau de revenu et la zone géographique. (1)

L’appréhension des représailles d’épisodes récurrents peut affecter la vie familiale, sociale et professionnelle. Les efforts déployés à long terme pour vivre avec des céphalées chroniques pourraient prédisposer le terrain à d’autres troubles de la santé. Ainsi, l’anxiété et la dépression seraient plus courantes chez les personnes atteintes de migraines. Il n’est pas rare que la surconsommation de médicaments contre les céphalées puisse engendrer un cercle vicieux de céphalées chroniques. (1)

Classification allopathique des céphalées

Primaires

Céphalées non liées à une lésion; classification selon l’International Headache Society (2).

Migraine : Céphalée primitive de nature inflammatoire, la douleur siège autour des nerfs et des vaisseaux sanguins de la tête. Elle apparaît souvent à la puberté, et serait prépondérante chez les 35 à 45 ans. Les femmes seraient 2 fois plus souvent touchées que les hommes. La migraine peut se présenter par crises, et ce tout au long de la vie. L’intensité de la douleur peut être modérée à sévère, sur un seul côté, et il peut y avoir une composante pulsatile. L’activité physique, même habituelle, peut aggravée les crises, qui peuvent durer de quelques heures à quelques jours. Durant l’enfance, les crises sont généralement plus courtes et touchent plus souvent l’abdomen que la tête.

Selon les résultats de la revue systématique publiée par la base de données Cochrane en juin 2016, Acupuncture for the prevention of episodic migraine (3), l’acupuncture réduirait la fréquence des attaques de migraine. L’acupuncture serait considérée aussi efficace que les traitements prophylactiques pharmaceutiques pour la prévention des attaques.

Céphalée de tension : Céphalée primitive la plus courante, elle apparaît aussi souvent à l’adolescence et touche aussi plus la gent féminine que masculine: 3 femmes pour 2 hommes en souffriraient. Les mécanismes pathologiques de la céphalée de tension seraient liés au stress et s’associeraient communément à des problèmes musculo-squelettiques du cou, (i.e. problèmes de vertèbres cervicales, névralgie d’Arnold, névralgie du nerf trijumeau), au bruxisme, à une fistule durale du sinus caverneux, ainsi qu’à l’accident ischémique transitoire.

La céphalée de tension chronique, parfois permanente, est significativement plus incapacitante que celle se présentant par épisodes. D’une durée moyenne de quelques heures, les crises peuvent aussi s’allonger sur plusieurs jours. La douleur peut se présenter comme une pression en bandeau tout autour de la tête, avec une irradiation pouvant toucher le cou et la tête.

Les résultats de la revue systématique publiée par la base de données Cochrane en avril 2016, Acupuncture for tension type headache, suggèrent que l’acupuncture est efficace pour le traitement des épisodes fréquents ou chroniques de céphalées de tension. (4)

Algie vasculaire de la face : Relativement rare, également connue sous différents noms, dont la céphalée de Horton, ce type de céphalée se développe la plupart du temps au début de l’âge adulte, sous forme épisodique ou chronique. Ces céphalées sont fréquentes, brèves et très sévères. Localisées dans un oeil ou autour, celui-ci peut rougir et occasionner des larmoiements. L’écoulement ou la congestion nasale du côté affecté caractérise également l’algie vasculaire de la face.

Les données probantes portant sur l’efficacité de l’acupuncture pour ce type plus rare de céphalées ne sont pas nombreuses, mais certains résultats préliminaires, qui pourraient servir à bâtir un modèle d’étude, sont prometteurs. En février 2016, une étude de cas publiée dans le journal Acupuncture in Medicine soulignait l’efficacité de la neuroacupuncture sur ce cas bien précis. (5) Une collection de quelques études de cas, parue dans Neurological Sciences en mai 2014, abonde dans le même sens; dans tous les cas à l’étude, on a pu observer une interruption dans les attaques. C’est cependant pour l’instant trop peu de données pour arriver à des recommandations dans ce modèle plus atypique des céphalées, qui peuvent néanmoins être très incapacitantes. (6)

Autres exemples de céphalées primaires : Céphalées causée par le froid, la toux, l’effort, l’activité sexuelle, céphalées en « coup de tonnerre »…

Secondaires

Céphalées reliées à la médication, à d’autres pathologies ou à une lésion.

Céphalée par surconsommation de médicaments : C’est la céphalée secondaire la plus courante. Ironiquement, ce type de céphalée courante est causée par la consommation chronique et excessive de médicaments contre les céphalées. Souvent pire au réveil, elle peut être persistante.

Il existe des protocoles de désintoxication systémique en acupuncture japonaise. Selon Kiiko Matsumoto (7), le traitement permettrait d’éliminer les résidus de certaines médications lourdes et assister au contrôle des effets secondaires de ces médicaments.

Autres exemples de céphalées secondaires : Suite à un trauma d’origine crânien ou cervical, méningite ou autres infections intra-crâniennes, malformation, tumeur, thrombose, hypertension, glaucome, trouble métabolique, douleurs dentaires, sinusite, otite, trouble psychiatrique…

Névralgie crânienne

Névralgie du nerf trijumeau, nerf glosso-pharyngien, autres névralgies : Une revue systématique publiée en 2010 suggère que l’acupuncture est aussi efficace pour la névralgie du nerf trijumeau qu’un traitement pharmacologique, et ce avec moins d’effets secondaires que le traitement pharmaceutique en question : le carbamazepine (CBZ) (8)

Selon un article publié en 2011, la médication utilisée (dilantin) pour la névralgie du nerf trijumeau, du nerf glosso-pharyngien, la paralysie de Bell et d’autres paralysies et douleurs faciales, serait particulièrement utile lorsque combinée à l’acupuncture. (9)

Selon l’O.M.S.:

« Les céphalées sont un problème de santé publique en raison des incapacités auxquelles elles s’associent et de leur coût financier…énorme pour la société, principalement à cause de la perte d’heures de travail et de la baisse de productivité. » (1)

Causes des céphalées selon la médecine orientale

L’état constitutionnel hérité des parents, les émotions, en particulier ici la colère, les soucis, la peur et les chocs psychiques, l’excès d’activité mentale en général, le surmenage, l’excès d’activité sexuelle chez l’homme, les accouchements chez la femme, les choix alimentaires néfastes, les chutes, les chocs à la tête, le vent et l’humidité.

Diagnostic différentiel des céphalées en médecine orientale

Les céphalées externes sont par définition de type PLÉNITUDE. Les céphalées internes doivent être différenciées : elles sont soit de type VIDE ou de type PLÉNITUDE. La description de la langue, du pouls, et les relations dynamiques entre les différents syndrômes ne sont pas discutés ici, pour une présentation allégée. (10)

Des recettes et aliments sont indiqués pour les céphalées les plus fréquentes. (11) (12)

! La liste qui suit ne remplace pas un diagnostic. Voyez un professionnel de la santé compétent. Rappelez-vous que dans certains cas les maux de tête représentent des urgences, comme les scénarios d’halloween de l’hémorragie sous-arachnoïdienne ou de l’accident vasculaire… Il peut s’agir aussi de conditions nécessitant un suivi, comme l’hypertension artérielle !

CÉPHALÉES EXTERNES : reliées au rhume, à la grippe et aux infections des voies respiratoires supérieures.

Vent-Froid : céphalée intense, raideur de la nuque, apparition brutale, souvent passagère, courbatures, frissons, fièvre, rhume, raideur des épaules, toux, éternuements, écoulement nasal clair, ou congestion nasale.

Aliments bénéfiques : menthe douce, gingembre, thym, échinacée (fleurs et racines).

Vent-Chaleur : céphalées très intenses, début brutal, frissons, fièvre, rhume, grippe, soif, écoulement nasal jaune, douleur à la gorge, parfois gonflement des amygdales, rougeur des yeux.

Aliments bénéfiques : menthe poivrée, sureau, plantain, échinacée (fleurs et racines).

Vent-Humidité : sensation embrumée, de tête « dans le coton », sensation de lourdeur, aggravé par le temps humide, difficulté de concentration, frissons, oppression dans la poitrine et au centre de l’abdomen, écoulement nasal blanc.

CÉPHALÉES INTERNES : souvent reliées à la rate, au pancréas, l’estomac, le foie et le rein.

Type Plénitude

Montée de Yang du Foie : La plus fréquente des céphalées d’origine interne: céphalée intense et graves, sensation pulsatile, douleur martelante, sur un côté de la tête ou les deux, pire sur la tempe ou le sourcil, fréquemment perçue derrière un oeil ou les deux yeux, nausée, vomissement, diarrhée possible, améliorée par la position assise et aggravée par la position couchée, souvent accompagnée de troubles visuels : aura, vision brouillée, souvent pire le week-end, vertiges, acouphènes, surdité, gorge sèche, insomnie, irritabilité.

Aliments bénéfiques : thé vert, menthe poivrée, seigle, fève mung, lime, citron, pamlemousse, asperge, amaranthe, quinoa, champignon, tomate, raisin, pomme, carotte, baies.

Chaleur de l’estomac : céphalée frontale, aiguë ou chronique, transpirations abondantes, soif intense, fièvre, consommation excessive d’aliments énergétiquement chauds possiblement en cause (viande rouge, particulièrement l’agneau, les épices, les fritures, l’alcool), excès alimentaires au sens large, soif avec goût pour les breuvages froids, selles sèches, douleurs au centre de l’abdomen.

Aliments bénéfiques : menthe poivrée, algues marines, grains germés, céleri, orme rouge,
le jeûne partiel assisterait à chasser la chaleur de l’estomac.

Feu du Foie : céphalée pulsatile, très intense, explosive, localisation fixe sur la tête, nausée et vomissement, vertiges, acouphènes, surdité, irritabilité, sécheresse de la gorge, insomnie, soif, goût amer dans la bouche, urines foncées et peu abondantes, constipation avec selles dures, yeux rouges.

Vent du Foie : céphalée sur l’ensemble de la tête, perte d’équilibre, tremblements, engourdissements.

Stagnation et surpression du Qi du Foie : céphalée sur le front et les tempes, souvent associée à un trouble d’estomac, non pulsatile, la douleur peut se déplacer d’un côté à l’autre de la tête, déclenchée par l’anxiété, le stress, douleurs aux flancs, nervosité, reflux, tension abdominale, flatulences, selles minces et en morceaux, soupirs.

Aliments bénéfiques : seigle, orge, oignon, curcuma, basilic, laurier, marjolaine, fenouil, aneth, gingembre, romarin, menthe, mélisse, grains germés, betterave, fruits et légumes frais. Manger le dernier repas du soir avant 18h assisterait à libérer le foie.

Humidité : type très fréquent de céphalée, surtout dans les régions humides, sensation de lourdeur, difficulté à réfléchir, aggravé le matin, localisée sur l’ensemble de la tête ou seulement au front, parfois aux tempes, mucosités, sinusite, nausée, perte d’appétit, sensation de trop plein à la poitrine et au centre de l’abdomen.

Glaires troubles : semblable au tableau précédent d’humidité mais en plus sévère.

Vent-Glaires troubles

Rétention de nourriture : céphalée frontale, déclenchée par l’alimentation, crises aiguës aggravées par les écarts alimentaires, sensation de trop plein au centre de l’abdomen, reflux, mauvaise haleine.

Stases de sang : cas de céphalées chroniques, associées à un traumatisme, sensation de coup de poignard ou de clou dans la tête, toujours au même endroit, teint sombre, douleurs aux flancs ou à l’abdomen, chez la femme, règles douloureuses avec sang sombre et accompagné de caillots.

Stagnation de froid dans le méridien du Foie : présentation plutôt rare, dûe au froid dans le méridien du foie, ressentie au sommet de la tête, sensation de froid, vomissements.

Types Vides

Céphalées caractérisées par une douleur moins intense, sourde, améliorées par le repos et aggravées par le travail excessif.

Vide de Qi : céphalée aggravée le matin, améliorée par la position allongée, peu d’appétit, fatigue, selles molles, essoufflement.

Recette bénéfique : Gruau d’avoine aux framboises (1 tasse d’amandes entières d’avoine décortiquée, 2 tasses et demi d’eau de source, ½ tasse de framboises fraîches). Passer au moulin à café les amandes d’avoine. Plonger la farine obtenue dans l’eau bouillante, tout en fouettant pour rendre l’avoine homogène. Une fois bien fouettée, réduire le feu, cuire 10-15 minutes à feu doux. Servir dans un large bol, y verser les framboises fraîches juste avant de déguster. Noyer les fruits dans l’avoine une fois à table. Dénicher les joyaux à la cuillère au déjeuner.

Vide de Sang : céphalée aggravée l’après-midi ou le soir, améliorée par la position couchée, mauvaise mémoire, difficultés de concentration, chez la femme, survient souvent à la fin des règles.

Vide de Rein : céphalée d’intensité légère localisée à l’intérieur du cerveau ou parfois à l’occiput, vertiges, sensation de tête vide, se manifeste après les rapports sexuels, douleurs lombaires.

Recette bénéfique, pour les 2 vides précédents, soit, vide de sang ou vide de rein : Oeufs cuits au céleri-rave (2 œufs, 30 g de céleri-rave, 675 ml d’eau de source, 4 g de sel). Émincer le céleri-rave. Porter à ébullition. Casser et battre les œufs dans le mélange. Cuire 5 minutes. Ajouter le sel. Savourer.

Références

(1) Céphalées, Aide mémoire, Organisation Mondial de la Santé, n°277, Avril 2016,

(2) Migraine, névralgie du trijumeau et algies de la face, Collège Français d’ORL et de Chirurgie Cervico-faciale, item 97, 2014

(3) Acupuncture for the prevention of episodic migraine, Klaus Linde, Gianni Allais, Benno Brinkhaus, Yutong Fei, Michael Mehring, Emily A. Vertosick, Andrew Vickers, Adrian R White, 28 juin 2016, Cochrane Database of Systematic Reviews, DOI: 10.1002/14651858.CD001218.pub3

(4) Acupuncture for tension type headache, Linde K, Allais G, Brinkhaus B, Fei Y, Mehring M, Shin B, Vickers A, White AR, 19 avril 2016, Cochrane Database of Systematic Reviews, DOI: 10.1002/14651858.CD007587.pub2

(5) Acupuncture for episodic cluster headache: a trigeminal approach, Hayhoe S., 2016 Feb;34(1):55-8. doi: 10.1136/acupmed-2015-211984rep.

(6) Acupuncture in cluster headache: four cases and review of the literature, Fofi L1, Allais G, Quirico PE, Rolando S, Borgogno P, Barbanti P, Benedetto C.,Neurol Sci. 2014 May;35 Suppl 1:195-8. doi: 10.1007/s10072-014-1769-6.

(7) Kiiko Matsumoto’s Clinical Strategies. In the Spirit of Master Nagano. Volume 1, 229 pages,Kiiko Matsumoto; Second edition (2008), ISBN-10: 1424340497

(8) Altern Ther Health Med. 2010 Nov-Dec;16(6):30-5. A systematic review on acupuncture for trigeminal neuralgia. Liu H1, Li H, Xu M, Chung KF, Zhang SP.

(9) Acupunct Electrother Res. 2011;36(1-2):65-84. Phenytoin (Dilantin) and acupuncture therapy in the treatment of intractable oral and facial pain. Lu DP1, Lu WI, Lu GP.

(10) La pratique de la médecine chinoise, Giovanni Maciocia, 1997, SATAS

(11) Prince Wen Hui’s Cook, Chinese Dietary Therapy, Bob Flaws & Honora Wolfe, Paradigm Publications, 1983

(12) Healing With Whole Foods, Paul Pitchford, North Atlantic Books, 1993

Plus à propos de :
,
Olivier Roy
olivier@clinique-shanti.com

Olivier Roy cumule 14 ans d'expérience en relation d'aide ainsi que 10 ans d'expérience en tant qu'acupuncteur en divers contextes cliniques; cliniques multidisciplinaires, cliniques de réadaptation, milieu hospitalier, clinique privée, ainsi qu'à domicile, pour les patients à mobilité réduite. Olivier Roy est spécialisé en acupuncture japonaise, ainsi qu'en acupression et acupuncture LASER. Il sait partager avec passion son expérience et son savoir-faire. Il pratique et habite à Montréal. Pour un rendez-vous en acupuncture : www.laclinique.net.

Pas de commentaires...

Écrire un commentaire

Lire les articles précédents :
Manger bio pour réduire sa contamination aux pesticides

Fermer