5 astuces et conseils pour maximiser l’assimilation des protéines

Astuces et conseils pour maximiser l’assimilation des protéines

S’il y a un sujet qui suscite notre attention en alimentation, c’est bien celui de l’apport journalier en protéines ! Plusieurs personnes ont effectivement peur d’avoir des carences en nutriments, de manquer d’énergie et d’avoir des dysfonctionnements métaboliques…

Il est fondé de croire que les protéines sont à la base de la vie (d’ailleurs, le mot protéine provient du terme grec « prôtos » qui signifie : essentiel). Les protéines favorisent la croissance et le maintient des tissus, contribuent au développement des anticorps, facilitent le transport des nutriments et représentent une réserve d’énergie dans l’organisme.

Cet article introduit des notions de médecine naturelle faisant des liens entre le métabolisme du corps humain et la qualité des protéines que nous ingérons quotidiennement. Si nous manquons de connaissance sur le système digestif, l’assimilation, l’utilisation et l’élimination de ce que nous mangeons; comment pouvons-nous faire des choix judicieux concernant notre alimentation?

La bonne digestion des protéines pour éviter la putréfaction

La digestion s’enclenche au contact des aliments avec la bouche. De précieuses enzymes sont sécrétées par les glandes salivaires afin de débuter le processus. Nous avons une mâchoire rotative qui nous permet, comme les herbivores, de mastiquer longuement.

Astuces : Mastiquez longuement et humez vos aliments. Prenez le temps de savourer vos repas calmement tout en mastiquant longtemps. Cela favorisera votre digestion et votre élimination !

Choisissez des protéines qui se digèrent facilement

Vous constaterez, en consultant l’indice PRAL des aliments, que les méthodes de conservation, telles que les aliments en conserve, influencent la qualité des aliments. De plus, vous remarquerez que certaines protéines sont moins acides que d’autres — particulièrement les protéines végétales et elles sont plus digestes que la viande.

Astuces : Consultez l’indice PRAL des aliments pour démystifier l’impact de ceux-ci sur votre digestion car un aliment peut avoir un pH basique mais s’avérer être acidifiant une fois digéré. Faciliter la digestion, c’est permettre au corps d’avoir de l’énergie pour faire autre chose !

Favorisez la combinaison alimentaire de légumes et de protéines

Les protéines sont majoritairement acides et se digèrent lentement. Le transit des protéines animales, de l’estomac au petit intestin, est d’environ 4 heures. Elles procurent un sentiment de satiété et nourrissent majoritairement les muscles. On peut dire qu’elles sont de bons matériaux de construction pour la structure humaine !

Les légumes cuits, quant à eux, fournissent des nutriments et des fibres qui favorisent le transit et la santé globale. Si vous combinez vos protéines à des légumes crus, c’est encore mieux, car vous y ajouterez des enzymes qui permettent une meilleure assimilation, digestion et élimination.

Astuces : Ajoutez de la verdure et des herbes fraîches à vos assiettes et vous y ajouterez de la vie ! En effet, en combinant les légumes à vos protéines animales, vous diminuerez vos chances de putréfaction.

De plus, évitez de combiner les féculents aux protéines animales, car cette combinaison ralentit le métabolisme, et par conséquent, la digestion. Par contre, vous pouvez combiner les protéines végétales aux féculents. Si vous optez pour cette option, favorisez aussi un apport de verdures et de crudités. Vous augmenterez ainsi votre apport en aliments alcalinisants.

Découvrez les cuissons lentes

Plusieurs articles scientifiques démontrent maintenant que la cuisson a un impact sur la formation de glycotoxines. (1) Cette réaction, nommée réaction de Maillard ou réaction de glycation, se produit lors de la cuisson mais aussi à 37°C dans notre organisme. (2) Elle conduit à l’accumulation de résidus toxiques dans notre corps et crée des dommages à nos tissus. Elle est donc reliée au vieillissement physiologique, à des maladies chroniques et à plusieurs complications de santé qu’il est possible d’éviter.

Astuces : Optez pour une cuisson lente à moins de 230°F (110°C) lorsque vous cuisinez les protéines animales. Vous pouvez favoriser les modes de cuisson à vapeur, à la mijoteuse électrique ou au four.

Favorisez la qualité et non la quantité

La réaction de Maillard s’applique aussi aux produits laitiers. Dû à leur teneur en glycotoxines, les protéines de lait ne sont pas recommandés comme source de protéines assimilables. Ils sont donc à éviter car nous n’avons pas les enzymes capables de les digérer ! (3)

Les produits laitiers sont promus comme étant riches en calcium et en protéines, cependant cet apport n’est pas entièrement assimilable par le corps humain. De plus, les chances que les produits laitiers ralentissent le métabolisme, créent des intolérances, causent des maladies chroniques et affectent la santé globale, avant même d’avoir été acheminés aux cellules, sont prouvés. (4)

Astuces : Évitez les produits laitiers et trouvez des sources de calcium et de protéines dans d’autres aliments tels que les amandes, les graines de sésame, les légumes verts et les algues. Découvrez les boissons végétales telles que celles à base de noix et de graines.

De plus, au Québec, il est possible de trouver des protéines de riz fermentées et germées. Vous pouvez les mélanger à des boissons végétales si votre dépense énergétique quotidienne s’avère élevée suite à un effort physique ou un sport, par exemple.

Cas par cas !

Selon le Rapport Campbell, les Nord-Américains moyens consomment jusqu’à 21 % de protéines quotidiennement alors que les besoins en protéines complètes seraient plutôt de 5-6 %. Il est aussi important de considérer le mode de vie de chacun. En effet, la dépense énergétique, les activités, le nombre d’heures en position assise ainsi que le niveau d’oxygénation sont tous des facteurs très importants pour déterminer les besoins alimentaires d’un individu.

Plusieurs philosophies alimentaires existent et le meilleur conseil que je puisse vous offrir est de vous interroger sur l’équilibre que vous recherchez. Les conseils proposés dans cet article ont pour but de vous aider à faire des changements graduels qui, à court et moyen termes, vous procureront des moyens d’améliorer votre santé globale.

Optez pour des comportements positifs faisant abstraction de contrôle et de culpabilité ! Vous aurez plus de chances de maximiser votre vitalité et d’être en paix. Bonne santé !

Plus à propos de :
,
Émilia Sirois
emilia@vertlasource.com

Coach alimentaire et naturopathe à Vert la Source, Émilia Sirois conjugue ses forces pour inspirer la passion pour une santé globale et vous inciter à découvrir votre vraie nature. L’essence de ses ateliers holistiques et de son service de consultation privée est de favoriser l’épanouissement de notre vitalité et la conscience de notre alimentation. Grâce à une approche axée sur la créativité, elle transmet un message positif sur les bienfaits de la naturopathie et offre des ateliers portant sur la compréhension des origines de l’espèce humaine, le fonctionnement du corps humain et l’ajout d’une alimentation vivante et hypotoxique à notre quotidien!

Pas de commentaires...

Écrire un commentaire