5 conseils pour avoir un intestin en santé

5 conseils pour avoir un intestin en santé

L’appareil digestif, méconnu de plusieurs et sollicité par l’alimentation plus de trois fois par jour, capte actuellement l’attention de plusieurs chercheurs mondiaux. Il est maintenant prouvé qu’il joue un rôle important dans l’émergence de maladies et de la santé globale via l’immunité.

Comment la dysbiose, déséquilibre du microbiote intestinale, favorise-t-elle la maladie ?

Le corps humain est composé à plus de 60% d’eau. En naturopathie, nous observons la nature afin de mieux comprendre le fonctionnement des organismes vivants et particulièrement celui de l’humain. Il est intéressant de comparer le corps humain à un lac et ainsi vulgariser comment une intoxication alimentaire peut mener à un monde bactériologique favorisant la décomposition.

Imaginons un lac où l’entrée d’eau est contaminée et où la sortie d’évacuation est bloquée de déchets depuis quelques années. Les sédiments s’accumulent doucement au fond du lac, des algues toxiques se forment et la faune et la flore se transforment graduellement pour créer un lieu de décomposition. Bien évidemment ce milieu n’est pas très attrayant pour l’humain et les espèces vivants dans des milieux basiques.

Pensons maintenant à notre hygiène alimentaire et de vie nord-américaine depuis l’arrivée de l’industrialisation. Nous contaminons nos aliments de pesticides, d’organismes génétiquement modifiés, de sucre raffiné, de sel de table et agents de conservation dans le but de procurer une abondance plaisante pour les papilles et l’économie mais qui briment le charme discret de l’intestin.

La pollution alimentaire créée un manque d’acide chlorhydrique, d’enzymes et épuise la digestion, le foie et le pancréas. Cela crée de la fermentation, putréfaction et affecte le système immunitaire qui se défend en réagissant aux résidus alimentaires créés par une mauvaise digestion. Une mauvaise alimentation favorise la décomposition du corps humain en créant un impact direct sur le milieu bactériologique et microbiote de celui-ci! Vous pouvez maintenant comprendre mon allusion du départ, notre corps tel un lac devient éventuellement obstrué de déchets, résidus qui créent un milieu bactériologique favorisant la dégénération.

5 conseils pour avoir un intestin en santé

1. S’oxygéner et faire de l’exercice

Effectivement, l’exercice physique en plein air augmente l’apport en oxygène et favorise l’élimination du co2. L’oxygène est à la base notre premier aliment ! Une ressource gratuite qui vaut cher puisqu’elle énergise, tonifie et revitalise le corps. Vous désirez mieux digérer et éliminer régulièrement ? Tonifiez votre diaphragme et prenez de grandes respirations abdominales. Lorsqu’il est bien allongé, le diaphragme maximise l’entrée d’oxygène dans les poumons et lorsqu’il est contracté il favorise l’expulsion du co2. C’est un muscle ignoré qui peut aider à diminuer les états d’acidité physique.

2. Augmenter l’apport en eau

Un verre d’eau c’est bien, mais 4 (un litre par jour) c’est encore mieux ! En plus, boire 15 à 30 minutes avant un repas favorise une meilleure digestion. L’eau est absorbée par le côlon. Si celui-ci est rempli de déchets et de mauvaises bactéries, il devient difficile d’être bien hydraté.

3. Augmenter l’apport en enzymes

Les enzymes digestives sont de puissants catalyseurs permettant toutes sortes de réactions biochimiques qui collaborent à la décomposition complète des aliments. Notre foie, pancréas et vésicule biliaire interagissent avec le tractus gastro intestinale pour décomposer les aliments et permettre l’absorption de ceux-ci. L’alimentation moderne est dépourvue d’enzymes. Pourtant, il est si simple d’en ajouter sur une base quotidienne : ajoutez des légumes feuillus à toutes vos assiettes (en plus vous y ajouterez de la chlorophylle) !

4. Avoir une bonne posture au trône bourgeois

L’évacuation des selles en position assise pose problème pour le côlon. Malheureusement, cette position ne supporte pas 2 zones importantes de la paroi abdominale et des intestins. Ceci cause des anomalies anatomiques et des intestins qui ne se vident pas complètement lors de l’excrétion. Un haut taux de problèmes d’hémorroïdes et de diverticules est causé par le simple fait que nous ne sommes pas accroupies comme nous le devrions naturellement pour aller à la selle. Il existe des relèves pieds pour remédier à cette problématique. Ils permettent une expulsion sans effort et complète du contenu intestinal. (Information au sujet des relèves pieds : info@vertlasource.com)

5. Avoir une alimentation hypotoxique

L’alimentation hypotoxique proposée par Jacqueline Lagacé Ph.D et inspiré du Dr Seignalet prône qu’elle soit sans gluten, produits laitiers, maïs et certains aliments cuits à haute température. Cette alimentation procure une réduction des symptômes de diverses maladies chroniques et problèmes d’inflammation en plus de favoriser la diminution de la putréfaction et l’amélioration de la flore intestinale, du microbiote et de l’intestin.

Comment trouver l’équilibre intestinal ?

La santé de l’intestin est influencée par l’alimentation et notre mode de vie. La bonne nouvelle c’est qu’il est possible de changer nos habitudes et ainsi encourager la vitalité dans le corps. Chaque petit effort intégré graduellement contribue à l’amélioration de la santé globale. C’est ainsi qu’on vieillit en beauté !

Avatar
Émilia Sirois
emilia@vertlasource.com

Naturopathe, coach alimentaire et spécialiste en santé digestive, Émilia Sirois conjugue ses forces pour vous partager les bienfaits d’une alimentation thérapeutique. Certifiée en communication à l’Université du Québec à Montréal, c’est l’aspect humain, la sociologie et la communication qui la fascine lorsqu’elle offre des consultations privées. En ajout à sa formation en communication, elle a complété sa formation en naturopathie au collège de naturopathie Christian Limoges (CNCL) en 2008. De plus, en 2013, elle a suivi une formation en santé digestive (irrigation du côlon) avec Claude Hamel au CNCL. Cela fait maintenant plus de 10 ans qu’elle oeuvre dans le domaine de la santé alimentaire. Elle a débuté à offrir ses services à l’académie de Crudessence et ensuite, elle a fondé sa clinique et complété une formation en permaculture avec Bernard Alonso. À cela s’ajoutent plusieurs lectures et formations autodidactes. En 2012, elle a travaillé en partenariat avec Gabrielle Samson et depuis, elle soutient les principes d’une alimentation hypotoxique. Ces principes s’ajoutent aux enseignements de l’alimentation vivante et de l’herboristerie qu’elle promeut tout en s’adaptant au mode de vie, aux besoins et aux capacités de chacun! emiliasirois.com

4 commentaires
  • Avatar
    Malaury
    Publié à 08:52h, 12 juillet Répondre

    S’oxygéner correctement et adopter une bonne posture au « trône », je pense que ce sont deux points vraiment peu sollicités par réelle méconnaissance. On pourrait aussi ajouter : « réduire sa consommation de viande (ou la supprimer) » car elle est, comme la plupart des produits animaux, source de putréfaction importante.

    • Avatar
      Emilia Sirois
      Publié à 20:08h, 14 juillet Répondre

      Merci beaucoup Malaury d’avoir lu l’article et pour votre commentaire pertinent. Effectivement, les conseils recommandés ici sont simples et s’adressent à tous!
      – Nous aurions pu aussi ajouter diminuer le stress ;-)
      – Pour la viande; j’ai préféré m’adresser au grand public en suggérant l’alimentation hypotoxique (de meilleures cuissons) et l’ajout d’aliments vivants (fruits et légumes) à la place de suggérer de réduire xyz…. Mon intention est de proposer des recommandations positives qui inspirent des changements graduels.
      Par contre, je suis de votre avis, la viande mal combinée et en surdose cause de la putréfaction.
      Voici un lien intéressant pour ceux qui s’intéresse sur la quantité de viande recommandée par semaine!
      http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/ArticleComplementaire.aspx?doc=cancer_viande_rouge_et_transformee_do

      Je vous souhaite une belle semaine!

  • Avatar
    Helene Diane
    Publié à 21:06h, 17 juillet Répondre

    Merci pour ce bel article …c’est toujours bon d’avoir de petits rappels. En ce qui concerne notre consommation de viande, je suis d’accord avec vous….il faut en réduire la quantité, surtout la viande rouge. J’aimerais souligner l’importance de choisir de bonnes viandes biologiques, si possible venant de notre région. Il y a de plus en plus de choix et elle goûte bien meilleur ! Oui, les prix sont en conséquence mais si on en mange moins, on peut privilégier la qualité

  • Avatar
    jullie francoise
    Publié à 15:31h, 13 mars Répondre

    Je suis tout à fait d’accord de manger moins de viande, une fois par semaine de la viande bio suffit.
    Je suis le régime Seignalet depuis aujourd’hui, j’ai des diverticules sigmoidiennes et une grosse inflammation, et je pense que ce mode d’alimentation ne peut être que bénéfique pour notre intestin.

Écrire un commentaire