Abécédaire du diabète, B : bleuet, bardane, bicyclette, biologique

Abécédaire du diabète : B comme dans bleuet, bardane, bicyclette et biologique

Saviez-vous que nos modèles d’agriculture peuvent influencer l’incidence du diabète? Certains pesticides seraient effectivement diabétogènes…

Pour apprivoiser divers aspects d’un traitement autonome du diabète, voici la suite de mon abécédaire, un éventail de mots commençant par la lettre B qui y sont reliés. Pour les lettres A, c’est par ici! Puissent ces termes vous inspirer.

Bleuet

Petit fruit on ne peut plus délicieux, le bleuet est un allié naturel du traitement du diabète puisqu’il est bourré d’antioxydants, de fibres alimentaires, de vitamines et de phytonutriments essentiels. Ces nutriments, entre autres bienfaits, diminuent la résistance à l’insuline. De plus, le bleuet n’est pas très glucidique alors on peut en manger une grande quantité avant que ça n’ait une incidence notable sur notre glycémie.

Plus intéressant encore est le bleuetier dans son ensemble. Les feuilles, les tiges, les fruits et les racines du bleuetier sont étudiées depuis longtemps pour leur effet légèrement hypoglycémiant (1). Consommées fraîches, en décoction ou en capsules, elles semblent faciliter le traitement des diabétiques de type 2, comme on pourrait s’y attendre, mais aussi des diabétiques de type 1 (2), ce qui semble plus surprenant.

Laissez-vous tenter par ces tisanes douces et fruitées! On les retrouve dans les herboristeries, certains magasins d’alimentation naturelle, et dans le bois, pour qui s’y connait!

Bardane

La bardane est une « mauvaise herbe » assez répandue que plusieurs connaissent sous le nom de « pic-pic » ou rhubarbe du diable. Bisannuelle, la première année elle ressemble à un bouquet de rhubarbe, mais vert pâle. La seconde année, elle produit des fruits piquants verts et mauves, qui en séchant s’accrochent aux vêtements et aux cheveux pour mieux répandre leurs graines. Ces fruits seraient d’ailleurs à l’origine de l’invention du velcro.

Ses racines sont couramment consommées en Asie et gagneraient à être plus connues par ici. En plus d’avoir un effet légèrement hypoglycémiant (3), elles sont très nutritives et sont reconnues pour avoir plusieurs propriétés médicinales.

Différentes traditions herboristes utilisent la racine de bardane, souvent combinée avec la racine de pissenlit, pour régulariser le taux de sucre des diabétiques de type 2. On peut la manger fraîche (dans un sauté de légumes ou râpées dans une salade, par exemple) ou en faire une décoction, à raison de 1 c. à thé de racines séchées par tasse d’eau, mijotées 20 minutes.

Attention : la bardane est déconseillée pour les femmes enceintes. Elle pourrait provoquer des fausses couches.

Bouger, bicyclette

L’activité physique utilise directement une partie du glucose qui circule dans notre flux sanguin sans nécessiter l’action de l’insuline. Bouger est un facteur déterminant de la santé comme du contrôle de la glycémie. Je vais certainement en reparler, mais rapidement : bouger renforce le cœur, les muscles et les os, diminue la pression sanguine et le cholestérol, permet de maintenir ou réduire le poids et diminue le stress. En plus, cela augmente la sensibilité à l’insuline, diminue le taux de glucose sanguin et facilite le bon contrôle du diabète à long terme.

C’est une réalité connue, mais qui est parfois difficile à intégrer dans notre routine. Un peu comme partout dans la vie, chaque geste compte!

Une excellente manière d’intégrer plus d’exercice physique dans notre vie est d’adopter, quand c’est possible, la bicyclette comme moyen de transport. Pour toute distance entre 1 et 5 kilomètres, le vélo est le moyen de transport le plus efficace. Si vous êtes en mesure de le faire, vous sauverez temps, argent, vous réduirez votre émission de gaz à effet de serre, votre dépendance aux combustibles fossiles et vous arriverez à destination avec probablement plus d’énergie que vos collègues… jusqu’à ce qu’ils et elles suivent votre exemple! Et bien sûr, vous maintiendrez un meilleur état de santé tout au long de votre vie.

En ce qui me concerne, je l’utilise pour la majorité de mes déplacements de moins de 20 km, et parfois plus. C’est indéniablement mon sport préféré, qui allie plaisir et utilité. Si vous ne l’avez déjà fait, il ne vous reste que quelques jours pour profiter du vélo d’hiver.

Pour vous donner la piqûre, voici dix bonnes raisons d’adopter le vélo 4 saisons.

Biologique

Alors là, quel rapport avec le diabète? En fait, plus d’un!

D’abord, je dois rappeler qu’aucun problème n’est réellement isolé des autres. Une de mes passions dans la vie est de les solutionner par des actions accessibles aux répercussions les plus étendues possibles. Pouvons-nous réellement ne penser qu’à soi? Quel intérêt y aurait-il à contrôler ses glycémies sur une planète sans abeilles, sans insectes et éventuellement… sans humains?

C’est ce vers quoi nous nous dirigeons avec l’agriculture chimique, bizarrement étiquetée « conventionnelle ». L’agriculture biologique que nous pratiquons depuis plusieurs millénaires est durable, respectueuse de l’environnement et de tout ce qui y vit. Elle doit remplacer l’agriculture chimique que nous avons adoptée depuis quelques décennies à peine et dont on ne compte plus les effets négatifs.

Les produits chimiques que nous jetons massivement dans l’environnement pour tuer insectes et petits animaux (entre autres produits chimiques) sont de plus en plus étudiés comme facteurs de dérèglements endocriniens. Plusieurs pesticides sont étudiés comme potentiels agents diabétogènes (4).

Le plus sécuritaire comme le plus logique me semble d’adopter dès maintenant l’habitude d’encourager la production biologique et de réduire notre utilisation de tous les produits chimiques et polluants confondus. Pour les budgets limités, voici 5 conseils pour réduire sa facture alimentaire.

En vous souhaitant santé et belles glycémies. On se retrouve bientôt pour la suite de mon abécédaire pour le traitement autonome du diabète. Et vous, avez-vous d’autres mots commençant par la lettre B à proposer?

Notes et références

(1) Anti-diabetic properties of the Canadian lowbush blueberry Vaccinium angustifolium Ait.

(2) Nutrition Journal : Effect of a dietary supplement containing blueberry and sea buckthorn concentrate on antioxidant capacity in type 1 diabetic children.

(3) Vous remarquerez que j’utilise souvent l’expression « légèrement hypoglycémiant ». C’est que je souhaite insister sur le fait que les plantes médicinales, quoi qu’efficaces, ne remplacent pas une alimentation végétale complète, sans sucres raffinés, de l’exercice physique ou un mode de vie sain. Elles fonctionnent de pair avec les autres aspects du traitement autonome du diabète.

(4) CHEM Trust : Panorama scientifique des liens entre exposition chimique et risques d’obésité et de diabète

Plus à propos de :
, ,
Isis Gagnon-Grenier
isisgagnongrenier@gmail.com

Isis Gagnon-Grenier, Diabétique et joyeuse, auteure du livre Diabète Choisir la vie et traiteur écologiste spécialisée dans les mets végétaliens, est passionnée par la santé! Pas juste la sienne: celle de tout le monde. C'est pourquoi elle s'intéresse activement au sort de chaque être humain, animal, plante, écosystème et société. Elle fait la promotion de modes de vie durables, équitables, véganes, et partage facilement son intérêt pour le traitement autonome des maladies, la nature, l'agriculture biologique, la résilience, le transport actif, et l'empathie.

Pas de commentaires...

Écrire un commentaire