Abécédaire du diabète, A : accepter, antioxydant, amla, aunée, aigremoine

Amla

Connaissez-vous ce petit fruit indien, champion des antioxydants, qui semble très influent pour régulariser la glycémie des diabétiques type 2?

Pour entamer cet abécédaire, j’ai eu à choisir parmi une abondance de « A » inspirants! Voici donc une sélection multiple et diversifiée de mots associés au traitement autonome du diabète.

Accepter

Une réaction courante face au diabète est de le nier, ce qui est d’autant plus répandu que c’est une maladie sournoise qui peut porter préjudice dans l’ombre, sans qu’on ne le sente. La première action à mener pour bien nous en occuper est de l’accepter.

Accepter, apprivoiser la maladie, les compromis qu’elle impose; nous accepter nous-mêmes, avec elle. Accepter que nous méritions de prendre soin de nous-même autant que si c’était une autre personne. Cela demande du courage et de l’amour, et nous en débordons, en autant que nous acceptions de les exprimer. Cela peut prendre du temps, alors pourquoi ne pas commencer aujourd’hui?

Les antioxydants

Nous avons probablement toustes (1) déjà entendu parler des bienfaits des antioxydants pour la santé. Les antioxydants, signifiant littéralement « contre les oxydants », augmentent les capacités de défense et de réparation de notre organisme face à l’oxydation normale créée par la vie en elle-même, le stress, la pollution, les radicaux libres. Plus nous en mangeons, mieux c’est!

Où se trouvent les antioxydants ? Principalement dans les aliments végétaux, et notamment dans les épices, les plantes médicinales, les petits fruits, le cacao, les noix, et les fruits et légumes (2).

Quel rapport avec le diabète?

Une consommation élevée d’antioxydants réduirait l’incidence du diabète de type 2 (3). Si on est déjà atteint, les maladies cardiovasculaires et les cancers sont trois fois plus fréquents chez les diabétiques que dans la population en général. L’augmentation du taux de sucre facilite le stress oxydatif, qui accentue l’incidence de ces maladies (4). Les antioxydants, reconnus pour diminuer cet impact, agissent comme anti-inflammatoires et offrent une protection très utile. À long terme, ils peuvent augmenter l’espérance et la qualité de vie.

Amla, aunée et aigremoine

Ces plantes médicinales sont traditionnellement utilisées pour abaisser la glycémie. Des herboristes et naturopathes les recommandent (5), et j’ai pu constater leur effet légèrement hypoglycémiant dans mon propre traitement. Des études scientifiques confirment la tradition (6).

L’amla (7) est un petit fruit indien qu’on trouve facilement dans les magasins indiens sous toutes sortes de formes. Ce serait l’un des fruits les plus antioxydants au monde. En aussi peu que 3 semaines, et en assez petite quantité, sa poudre aurait un effet drastique sur les glycémies des diabétiques de type 2. On peut en ajouter une cuillère à thé par jour dans nos gruaux, céréales et verres d’eau. Elle a un goût très sûr!

Les racines d’aunée, riches en inuline et légèrement hypoglycémiantes, peuvent se consommer en décoction, soit bouillies quelques minutes dans de l’eau ensuite filtrée. On peut aussi réduire ses racines séchées en poudre (au moulin à café par exemple) et les saupoudrer sur des repas. Elle a un goût délicieux, mais il faut aimer l’amertume! Elle est déconseillée aux femmes enceintes.

L’aigremoine (8) est une petite plante vivace aux fleurs jaunes dont on utilise les parties aériennes. En cure prolongée de quelques tasses d’infusion par jour, elle abaisse le taux de sucre et apaise la soif. Elle est en outre d’une aide remarquable pour le foie et plusieurs troubles du système digestif.

Pour en savoir plus sur des plantes médicinales sauvages du Québec et de la France, je vous invite à consulter les livres de l’herboriste Anny Schneider.

Pour prévenir comme pour prendre soin du diabète déjà existant, l’état d’accueil dans lequel nous place l’acceptation, la consommation élevée d’antioxydants, et les trois plantes médicinales citées sont un excellent point de départ.

Et vous, que vous soyez ou pas diabétiques, avez-vous déjà remarqué l’effet positif de ces mots dans vos vies ? Avez-vous des A à ajouter à la liste?

On se dit à la prochaine pour entamer les B!

Notes et références

(1) Toustes est une contraction des mots tous et toutes. C’est une manière pour l’auteure de donner une place égale aux femmes et aux hommes dans la langue française.

(2) Nutrition Journal : The total antioxidant content of more than 3100 foods, beverages, spices, herbs and supplements used worldwide

(3) Dietary antioxidant capacity is inversely associated with diabetes biomarkers: The ATTICA study

(4) Antioxidant status in patients with uncomplicated insulin-dependent and non-insulin-dependent diabetes mellitus

(5) Il est conseillé de consulter un.e professionnel.le de la santé avant de consommer toute plante médicinale, surtout lorsque vous prenez des médicaments, ou si vous êtes une femme enceinte ou allaitant.

(6) – Actions of the traditional anti-diabetic plant, Agrimony eupatoria (agrimony): effects on hyperglycaemia, cellular glucose metabolism and insulin secretion,
Management of diabetes mellitus (prameha) with inula racemosa and cinnamomum tamala,
Effect of Amla fruit (Emblica officinalis Gaertn.) on blood glucose and lipid profile of normal subjects and type 2 diabetic patients

(7) Voir quelques vidéos de vulgarisation scientifique sur les bienfaits de l’amla (en anglais)

(8) Les carnets de l’herboristerie : l’Aigremoine

Plus à propos de :
, , ,
Isis Gagnon-Grenier
isisgagnongrenier@gmail.com

Isis Gagnon-Grenier, Diabétique et joyeuse, auteure du livre Diabète Choisir la vie et traiteur écologiste spécialisée dans les mets végétaliens, est passionnée par la santé! Pas juste la sienne: celle de tout le monde. C’est pourquoi elle s’intéresse activement au sort de chaque être humain, animal, plante, écosystème et société. Elle fait la promotion de modes de vie durables, équitables, véganes, et partage facilement son intérêt pour le traitement autonome des maladies, la nature, l’agriculture biologique, la résilience, le transport actif, et l’empathie.

Pas de commentaires...

Écrire un commentaire