5 conseils pour réduire sa facture alimentaire

5 conseils pour réduire sa facture alimentaire

Les budgets limités ont la malheureuse tendance à favoriser des choix alimentaires malsains. Voici quelques conseils accessibles pour réduire sa facture alimentaire tout en conservant de saines habitudes.

1. Organiser et s’impliquer dans des groupes d’achats

Un groupe d’achat est un regroupement d’individus qui achètent ensemble des aliments directement des producteurs ou des distributeurs, sans passer par des intermédiaires. S’allier et acheter en grande quantité peut diminuer les factures de presque la moitié du coût en épicerie.

Informez-vous des groupes d’achats qui ont lieu près de chez vous, et s’il n’y en a pas, n’hésitez pas à en créer. Il s’agit de trouver quelques personnes motivées, et de décider des aliments que vous souhaitez vous procurer ensemble. Que ce soient des noix, des céréales, des légumineuses, des légumes, des fruits, des épices, des algues, des farines ou des huiles, il y a moyen d’en acheter en immense quantité et de profiter d’économies vraiment avantageuses.

N’hésitez pas non plus à participer aux programmes d’Agriculture soutenue par la communauté et à vous inscrire pour recevoir des paniers de légumes et fruits biologiques. En achetant vos légumes directement aux producteurs et productrices, vous les soutenez bien plus que ne le ferait une épicerie tout en diminuant vos propres coûts. Découvrez les fermiers de famille près de chez-vous.

2. Acheter en gros et conserver

Essayer d’acheter toujours les plus grands formats disponibles, surtout pour ce que vous consommez régulièrement. Il y a presque toujours une économie d’échelle. À la fin de l’année, la différence de prix est appréciable.

Quand les fruits et légumes sont de saison et en vente, il faut en profiter! Les acheter en grande quantité, et en manger plus que normalement. Les aliments non-périssables (légumineuses, céréales, graines, etc…) seront toujours aussi bons les semaines suivantes !

S’il y en a trop pour les manger tous avant qu’ils ne périment, tant mieux ! Il s’agira de les conserver. Pour cela, nous pouvons :

Les congeler : Couper les légumes et les fruits et les congeler dans des petits sacs de congélation. Quand vous cuisinez une grande quantité d’un repas, séparez-le en portions individuelles et congelez-les.

Les déshydrater : Vous pouvez couper en fines lanières et suspendre certains légumes, fruits et champignons sur des fils, ou alors les mettre au déshydrateur ou au four, à la plus basse température, pour les conserver tout l’hiver.

Les lacto-fermenter : Il s’agit de râper du chou et de le mélanger avec un peu de sel et d’épices, et de le laisser baigner dans son jus au moins un mois. Voir comment réussir ses propres lacto-fermentations.

Utiliser toutes sortes de méthodes de conservation. Ça vaut son pesant d’or! 

3. Cuisiner soi-même

Cuisiner ses tartinades, ses végépâtés, ses vinaigrettes, ses confitures et ses pizzas aux légumes sauve généralement plus de la moitié du prix d’achat de ces mêmes aliments déjà préparés.

Cela nécessite rarement de grands talents et internet est là, ainsi qu’une myriade de livres de recettes, pour nous inspirer. Cuisiner de grandes quantités à la fois, puis séparer en portions pratiques et congeler ou faire des conserves est une excellente manière de gagner du temps… et de l’argent. Cela permet aussi de relaxer et de prendre soin de soi.

4. Réduire le gaspillage

Les chiffres entourant le gaspillage alimentaire sont astronomiques : environ la moitié de ce qui est produit mondialement finirait aux poubelles. À toutes les étapes de production de la nourriture (culture, tri, transport, transformation, entreposage, assiette…), beaucoup trop d’aliments sont délaissés.

Nous ne sommes pas directement responsables des aliments avant de les avoir achetés. Mais après les avoir payés, pourquoi ne pas leur accorder toute la valeur qu’ils méritent ?

Le principe de rotation devrait être aussi instinctif que de manger. Il est possible d’organiser nos aliments périssables selon leur « urgence de consommation ». Placer les verdures et les moins jeunes fruits et légumes directement à vue, et les légumes racines et les pommes dans les tiroirs. Renouveller le classement à chaque semaine, ou quand le besoin s’en fait ressentir.

Sélectionner nos recettes selon ce qu’on a déjà plutôt que de nous ruer à l’épicerie pour chercher de nouveaux ingrédients exotiques, tout en laissant pourrir les anciens. Tout aliment acheté devrait être consommé!

Pour les plus intrépides et écolos, il y a aussi moyen de récupérer de la nourriture… dans les poubelles des magasins! Cela réduit les coûts de 100 %, tout en diminuant le gaspillage. En savoir plus sur le dumpster diving.

5. Développer sa créativité

Pour continuer sur la même lignée, il est utile de développer sa créativité. D’utiliser ce que nous avons en usant d’imagination, sans aller à l’épicerie chercher ce qui nous manque pour une recette précise.

Dans la majorité des recettes, la majorité du temps, on peut remplacer :

  • Des légumes par d’autres légumes
  • Des légumes verts par d’autres légumes verts
  • Des fruits par d’autres fruits
  • Des fruits séchés par d’autres fruits séchés
  • Des céréales par d’autres céréales
  • Des légumineuses par d’autres légumineuses
  • Des farines par d’autres farines (entières !)

Vous comprenez le principe !

Si on a vraiment envie de suivre une recette de gâteau aux courgettes, mais qu’on n’a pas de courgettes, rien ne nous empêche d’utiliser des carottes. Ce sera tout aussi bon !

Voilà ! Bien manger… c’est si agréable ! Pourquoi s’en empêcher ? Grâce à ces astuces, bien manger devient enfin accessible. Et vous, quels sont vos trucs pour réduire votre facture alimentaire ?

Plus à propos de :
, ,
Isis Gagnon-Grenier
isisgagnongrenier@gmail.com

Isis Gagnon-Grenier, Diabétique et joyeuse, auteure du livre Diabète Choisir la vie et traiteur écologiste spécialisée dans les mets végétaliens, est passionnée par la santé! Pas juste la sienne: celle de tout le monde. C'est pourquoi elle s'intéresse activement au sort de chaque être humain, animal, plante, écosystème et société. Elle fait la promotion de modes de vie durables, équitables, véganes, et partage facilement son intérêt pour le traitement autonome des maladies, la nature, l'agriculture biologique, la résilience, le transport actif, et l'empathie.

2 commentaires
  • MJ
    Publié à 19:24h, 14 décembre Répondre

    Je réduis ma facture en participant chaque été au jardin collectif de mon quartier. Nous nous partageons les récoltes à chaque samedi. Ça me permet également de créer des liens avec des personnes formidables.

  • Millie
    Publié à 14:53h, 10 août Répondre

    Pour ma part, je réduis ma facture d’épicerie en ayant un jardin à la maison, en prévoyant le menu de la semaine en fonction des produits en spéciaux et en faisant des provisions des produits à rabais, par exemple des légumineuses, pour ne jamais devoir payer le prix régulier! Je recherche également des coupons rabais sur internet afin de profiter de certains produits qui sont rarement en spéciaux, comme les boissons végétales. Bien se nourrir n’est pas vraiment coûteux quand cela est ancré à notre mode de vie. :)

Écrire un commentaire