Conjuguer cuisine et herboristerie 2

Conjuguer cuisine et herboristerie 2

Pour faire suite à la première partie de cet article, nous verrons ici d’autres manières simples de préparer les plantes médicinales ainsi que des idées originales pour les intégrer à l’alimentation quotidienne.

Fabriquez vos propres produits d’herboriste

Plusieurs solvants permettent d’extraire et de concentrer les constituants actifs des plantes médicinales. Entre autres l’huile, l’alcool, le miel et le vinaigre sont utiles et accessibles.

Vous pouvez fabriquer vous-mêmes des concentrés en laissant macérer les plantes quelques semaines dans un pot Mason rempli du solvant de votre choix.

Les proportions sont d’environ une part de plante pour cinq parts de solvant, dans la mesure où il y a assez d’espace dans le solvant pour que les constituants soient extraits.

Il suffit ensuite de les filtrer avec un linge propre ou du coton à fromage et le tour est joué.

Vous pouvez également vous procurer certaines préparations dans les magasins d’alimentation naturelle et les herboristeries. Les dosages quotidiens varient, selon la concentration de la préparation, de quelques gouttes pour les substances puissantes à quelques millilitres pour les plus douces.

Il est difficile d’abuser des plantes médicinales sans dépasser largement nos limites personnelles quant à la concentration de la saveur et aux quantités ingérées, mais restez tout de même prudents et explorez d’abord avec de petits dosages au cas où votre organisme réagirait mal à une nouvelle substance.

Huiles infusées : arômes, saveurs et raffinement

Lorsque vous laissez macérer des plantes dans l’huile, il importe de s’assurer qu’elles soient bien couvertes d‘huile et que le pot soit rempli à ras bord. Si votre préparation est à base de plantes fraîches, brassez chaque jour le mélange et essuyez l’éventuelle condensation se déposant sous le couvercle afin d’éviter que la préparation ne rancisse.

Les huiles s’intègrent aisément en cuisine, surtout celles infusées de plantes aromatiques comme le basilic, le cumin, le thym ou le romarin.

Certaines plantes font d’excellentes huiles pour appliquer à l’externe, comme le millepertuis, qui répare les nerfs, la peau et diminue les inflammations.

Exemples de plats où intégrer les huiles infusées : tapenades, mayonnaises, vinaigrettes

Les teintures d’alcool pour allier cuisine et médecine

On appelle « teintures » les macérations de plantes médicinales dans l’alcool. L’alcool est un très bon agent de conservation et c’est un solvant efficace pour une large variété de constituants actifs, notamment le seul qui convienne pour les résines comme la gomme de sapin.

Entre autres, il est intéressant de fabriquer des macérations dans l’alcool avec les racines de pissenlit, pour le foie, les baies d’aubépine, pour le cœur, ou les fleurs et le baies de sureau, un casse-grippe hors pair.

Exemples de plats où intégrer les alcools : sauces, gâteaux, puddings

Des vinaigres pour reminéraliser le corps

Le vinaigre de cidre de pomme biologique est en soi bénéfique pour la santé car il aide à préserver l’équilibre acido-basique et la santé de la flore intestinale. C’est aussi le meilleur solvant pour extraire les minéraux.

Attention cependant de ne pas utiliser de couvercles en métal avec le vinaigre car ils s’oxyderont et rendront vos préparations toxiques.

Les fines herbes et les plantes reminéralisantes comme l’ortie, l’avoine, le trèfle rouge ou la prêle feront des vinaigres médicinaux bénéfiques pour le système nerveux, la peau et les cheveux. Utilisez encore une fois les aromates pour obtenir de délicieux vinaigres gastronomiques.

Exemples de plats où intégrer les vinaigres : salades de chou, relish, confits et chutneys, sauces aigres-douces

Miels arômatisés : facile et exquis !

Avez-vous déjà songé à fabriquer du miel aromatisé ? Rien de plus facile ! Comme pour les autres préparations, il suffit de laisser macérer les ingrédients de votre choix quelques semaines puis de les filtrer.

Le gingembre, la cannelle et les bourgeons de sapin font de sublimes miels infusés que vous ne pourrez vous empêcher de manger à la cuiller !

Le gingembre et les bourgeons de sapin font d’excellents expectorants et leurs huiles essentielles procurent un effet antiseptique alors qu’elles ressortent par les voies respiratoires.

Exemples de plats où intégrer les miels : desserts, müeslis, pastilles.

Huiles essentielles : quelques gouttes pour transformer vos plats

L’huile essentielle est le principe aromatique volatil obtenu par la distillation d’une plante ou par extraction chimique. Certaines huiles essentielles peuvent être utilisées en cuisine : basilic, cardamome, citron, fenouil, orange douce ou lavande.

Elles sont très concentrées, aussi convient-il de les intégrer aux corps gras dans la nourriture afin de les diluer et de se limiter à 2 ou 3 gouttes par jour et par personne. Les huiles essentielles sont expulsées du corps par les poumons et les reins. Prenez garde, ces derniers pourraient être irrités par de grandes quantités d’huile essentielle prise de façon soutenue.

Exemples de plats où intégrer les huiles essentielles : chocolats, crêpes et pâtisseries, vinaigrettes

Les vertus de quelques plantes médicinales à explorer en cuisine

Consultez également la première partie de cet article pour vous informer de l’effet d’autres plantes médicinales intéressantes.

Ashwagandha : La racine d’ashwagandha (Withania somnifera) régénère et calme le système nerveux, améliorant ainsi les fonctions cérébrales et la qualité du sommeil. Elle est utilisée avec succès dans des formules qui soignent le déficit d’attention et comme tonique sexuel, d’autre part. Intégrez quotidiennement environ 250ml de décoction d’ashwagandha dans vos soupes pour obtenir un effet rapidement significatif. Il faut bouillir 1 c. à soupe de racine pour 1½ tasse d’eau que l’on réduit à 1 tasse.

Cardamome : Voilà une formidable carminative qui disperse aussitôt les gaz intestinaux. La cardamome apaise le système nerveux, on l’ajoute ainsi au café pour atténuer son effet énervant et en rehausser la saveur. Sialagogue, elle rafraîchit et humidifie la bouche, soulageant la soif.

Coriandre : La coriandre convient à tous les types de constitutions. Les graines sont mastiquées pour combattre la mauvaise haleine et sont aussi vermicides. Les feuilles de coriandre fraîches aident à éliminer les métaux lourds, par chélation. En jus frais, elles soulagent les inflammations.

Cumin : Le carminatif le plus puissant, il est combinés aux légumineuses pour contrer leur effet gazogène. Plusieurs femmes en Inde prennent de l’infusion de cumin pendant les deux dernières semaines de grossesse pour faciliter l’accouchement ou en font au besoin une forte décoction pour le provoquer.

Fenugrec : Le fenugrec aide à prendre du poids tout se débarrassant du gras excédentaire. Apéritif, nutritif et digestif, le fenugrec enrichit et augmente la production de lait maternel. Il soulage les nausées et la soif. Considéré comme un tonique nerveux et sexuel, le fenugrec calme toutefois les désirs excessifs. Il est par ailleurs hypoglycémiant et hypocholestérolémiant. Faites tremper les graines toute la nuit et buvez ensuite l’eau infusée, ou alors mangez-les une fois germées.

Sauge officinale : La sauge rafraîchit la température corporelle, ce qui est salutaire pour les femmes en ménopause notamment. La sauge régularise la production de sueur et de sébum, en plus de contribuer à soigner la peau et à réduire les inflammations. Faisant partie des plantes carminatives, elle favorise l’appétit et une digestion exempte de gaz intestinaux.

À vous de jouer !

Explorez : ajoutez des poudres d’écorces de citron, d’orange ou d’orme rouge à vos desserts fruités, des fleurs de bourrache, des pétales de calendule, de monarde ou d’hémérocalle à vos salades, des infusions d’hibiscus ou de rose à vos limonades et vos soupes, des décoctions de racine de bardane, d’angélique ou d’ortie à vos ragoûts.

Il existe mille et une possibilités culinaires pour inclure les plantes médicinales qui sont à notre portée. Bref, des voies d’explorations gastronomiques aussi vastes que votre imagination !

Plus à propos de :
Jonathan Léger Raymond
namaste@ayurvedarevolution.com

Thérapeute en ayurvéda et herboriste accrédité par la Guilde des Herboristes du Québec, Jonathan Léger Raymond est un thérapeute holistique spécialisé en ayurvéda, médecine traditionnelle de l'Inde. Il est co-fondateur du centre Espace Ayurvéda à Montréal et se consacre à présent à l'édification d'une plate-forme internationale de référence sur l'Ayurvéda et le mode de vie écologique: Ayurvéda Revolution.

3 commentaires
  • Denise Morin
    Publié à 22:56h, 05 novembre Répondre

    J’aime beaucoup vos trucs de toute sorte, je lis beaucoup votre site il est dans mes favoris.

  • Sandra Wolf
    Publié à 05:02h, 15 août Répondre

    Merci pour ces articles. Je les relis au besoin et les suit à la lettre…

  • Odette
    Publié à 17:13h, 18 octobre Répondre

    Votre article : à lire et à relire… Très intéressant!
    J’ai beaucoup aimé l’article sur le vinaigre : cidre de pomme biologique … pour ma part, je mets ½ c.a. tb dans ma bouteille d’eau.
    En plus des herbes, il y a les arbres : Aubier de Tilleul… à découvrir !

Écrire un commentaire